Peuple de France : Des militantes pro-burkini font fermer une piscine à Paris

lundi 2 septembre 2019

Des militantes pro-burkini font fermer une piscine à Paris

Cinq femmes musulmanes se sont baignées en combinaison intégrale, accompagnées de militantes féministes et transgenres.

Cinq femmes musulmanes se sont baignées en combinaison intégrale, accompagnées de militantes féministes et transgenres.


Les pro-burkini font encore des leurs. Pour protester contre l’interdiction de ce maillot de bain intégral controversé, une quinzaine de militantes féministes et musulmanes ont provoqué la fermeture
d’une piscine du 11e arrondissement de Paris, ce dimanche 1er septembre, rapporte notamment Le Point. Parmi elles, cinq femmes musulmanes se sont baignées en burkini.


Le petit groupe comprenait des militantes féministes, vêtues de maillots de bain une ou deux pièces, ainsi que des personnes transgenres et même quelques hommes. « On se baignera, on se baignera ! Même si les racistes veulent pas, nous on se baignera ! », pouvait-on les entendre crier, sous les regards tantôt amusés, tantôt indignés des autres nageurs.

Après une trentaine de minutes, la direction de l’établissement a pris la décision de fermer la piscine et le groupe est reparti, en déployant une banderole où l’on pouvait lire « Piscine pour toutes, stop islamophobie ». 

[...]

En savoir plus sur valeursactuelles.com



2 commentaires:

  1. Les femmes en burqa n'ont pas le droit de fréquenter une piscine, c'est une honte pour l'islam que des musulmans laissent ces femmes aller dans ces lieux !
    A moins qu'il n'y ai rien de religieux là dedans et que cela ne soit qu'une provocation à ce moment à c'est une honte de laisser faire cela !

    RépondreSupprimer
  2. Oui,c'est réellement une provocation,basée sur le religieux,mais qui est en réalité l'avant garde de l'invasion qui va bientôt demander la promulgation de la charia,avec la bénédiction du gouvernement de collabos qui est censé nous diriger,protéger et défendre.Que des traîtres à la nation et à la constitution.

    RépondreSupprimer

Articles à lire aussi