Peuple de France : « Bien vivre ensemble à Nantes » : un mort et 5 blessés dans des fusillades

mercredi 7 août 2019

« Bien vivre ensemble à Nantes » : un mort et 5 blessés dans des fusillades

Il s’appelait Esteban. Et il a été tué, à 18 ans à peine, à 500 m de chez lui par un tir, dans le cadre des règlements de comptes dont la liste ne cesse de s’allonger depuis quatre ans.
Il s’appelait Esteban. Et il a été tué, à 18 ans à peine, à 500 m de chez lui par un tir, dans le cadre des règlements de comptes dont la liste ne cesse de s’allonger depuis quatre ans. 

Des règlements de comptes qui frappent parfois des personnes qui n’ont rien à voir avec les histoires des quartiers dits sensibles, comme ce 31 juillet encore, boulevard René Coty à Nantes.

Ce 3 août vers 1 h du matin, rue Théopile Guillou à Saint-Herblain, deux jeunes de 17 et 18 ans ont été visés par un tireur embusqué dans une voiture. Celui de 18 ans est mort, après un tir à la poitrine. Il est décédé sur les lieux à 1h15. Selon nos informations, l’enquête s’oriente vers une « balle perdue ». Encore une. Il y a quelques jours encore, un policier nantais relatait dans nos colonnes que « personne ne peut dormir tranquille dans certains quartiers de Nantes, ou à leurs abords ».

Par ailleurs, un match de foot entre migrants au foyer Clos-Toreau – ce sont d’anciens squatteurs du square Daviais – et une équipe du quartier dit « sensible » du même nom a dégénéré ce 2 août. Une plaque d’égoût a été lancée sur le foyer et au moins quatre tirs effectués, rue d’Hendaye vers 21h40. Le gardien du foyer a été blessé au genou, et un habitant du quartier qui tentait de séparer les belligérants blessé à la gorge – sans que son pronostic vital ne soit engagé.

« La balle n’était pas si perdue que ça »

Enfin ce dimanche 4 août vers 20 heures, un homme de 36 ans a été soigné aux Nouvelles cliniques nantaises après qu’il ait été blessé par balle à la main ; bien qu’il ait dit avoir pris une balle perdue lorsqu’il se promenait à la lisière d’une déchetterie, il n’a pas déposé plainte. En revanche il est déjà défavorablement connu des forces de l’ordre pour vols et extorsion. « Il est fort à parier que la balle n’était pas si perdue que ça, et que c’était un règlement de comptes lié à ses activités illégales », remarque un policier nantais.

Avec la fusillade à Bellevue ce 2 août – deux blessés dont un par balle, âgé de 21 ans, cela fait quatre fusillades, cinq blessés et un mort en trois jours.


Louis Moulin pour breizh-info.com



Sur le même thème lire aussi:

➜ Nantes : les viols de rue se multiplient, les autorités ferment les yeux

➜ Nantes. Elle retrouve sa maison squattée et saccagée par des migrants, elle lance un appel à l’aide et au sursaut

1 commentaire:

  1. je pense qu'en France,nous sommes dirigés par des incompétents,je dirai même des collaborateurs dans les quartieres sensibles.Surtout dans les villes dirigées par la gauche.ou régne la terreur en permanence. ces zones de non droit devraient karchérisées,et assainies. Mais non,on laisse faire,et on continue d'avoir des morts innocents pour rien. Est ce normal dans un pays comme la France (je dirai même l'ex France)

    RépondreSupprimer

Articles à lire aussi