Peuple de France : Nantes : deux clandestins voleurs de colliers arrêtés le 29 août déjà relâchés

samedi 31 août 2019

Nantes : deux clandestins voleurs de colliers arrêtés le 29 août déjà relâchés

Les deux voleurs de collier, deux clandestins, qui avaient fait irruption chez un fleuriste proche du parc de Procé et avaient arraché les colliers d’une femme, ont déjà été relâchés ce 30 août vers midi, le lendemain de leur interpellation. Ils n’ont pas passé plus de 24 heures dans les geôles.

Les deux voleurs de collier, deux clandestins, qui avaient fait irruption chez un fleuriste proche du parc de Procé et avaient arraché les colliers d’une femme, ont déjà été relâchés ce 30 août vers midi, le lendemain de leur interpellation. Ils n’ont pas passé plus de 24 heures dans les geôles.


Pris à partie par les clients et la commerçante, ils n’avaient pas hésité à se montrer menaçants, l’un d’eux sortait notamment un couteau.
Ils ont été tous deux arrêtés, dont un à Commerce dans l’après-midi. Dans la mesure où leur victime les a reconnu et a porté plainte, ils seront convoqués ultérieurement en correctionnelle.

Ces derniers mois, la France connaît une épidémie de vols à l’arraché de colliers, notamment mettant en cause des migrants. C’est aussi ce qu’on peut constater à la lueur des procès et des condamnations pour des faits similaires dans d’autres villes.

Un nouveau vol de collier à l’arraché a eu lieu ce matin à Nantes – cette fois la victime est un homme âgé et le butin une chaînette en or. « Ces vols suivent le cours de l’or », explique un policier nantais. 

« Il n’a jamais été aussi élevé et dans les enseignes de rachat des objets contre du cash présentes dans le centre de Nantes et ses abords, on voit plein de colliers en or à vendre, comme par hasard. Il ne faut pas se leurrer, tout ce qui est volé est immédiatement revendu ».

Nombre de victimes seraient d’ailleurs bien avisées – puisque les autorités semblent rétives à contrôler certaines enseignes – à faire le tour des boutiques spécialisées dans le rachat des objets contre du cash à la recherche de leur bien. « Après tout, maintenant quand quelqu’un se fait voler un vélo ou des outils électriques, il va presque systématiquement de lui même faire un tour sur les sites de petites annonces en ligne, avant de venir nous voir pour porter plainte », constate un gendarme dans les alentours de Nantes. « C’est devenu un reflexe, et souvent les victimes trouvent leur bien, ce qui nous permet ensuite de le récupérer ».


Louis Moulin pour breizh-info.com


Sur le même thème lire aussi:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles à lire aussi