Peuple de France : Six mois de grève des urgentistes et un gouvernement dans le déni

jeudi 22 août 2019

Six mois de grève des urgentistes et un gouvernement dans le déni

Selon le collectif inter-urgences, 217 services sont actuellement en grève dans toute la France. Si le ministère de la Santé assure que les situations se règlent peu à peu “localement”, le personnel gréviste dénonce lui les “mensonges” du gouvernement. Et promet un mois de septembre animé.
Selon le collectif inter-urgences, 217 services sont actuellement en grève dans toute la France. Si le ministère de la Santé assure que les situations se règlent peu à peu “localement”, le personnel gréviste dénonce lui les “mensonges” du gouvernement. Et promet un mois de septembre animé.

Du côté du ministère, l’heure est au déni. En fin de semaine dernière, par voie de communiqué, celui-ci jugeait la mobilisation comme “en déclin à certains endroits”.


Des négociations locales, annonçait-il, ayant débouché sur des “protocoles de sortie de grève” dans 28 établissements. "Certains services restent en grève par solidarité alors même que les situations ont été réglées localement", ajoutait même le ministère de la Santé, taquin. “Agnès Buzyn tente de garder la tête haute, de montrer qu’elle maîtrise la situation, juge Christophe Le Tallec, aide soignant au CHU de Nantes (Loire-Atlantique) et vice-président du collectif. Quand on connaît la situation sur le terrain, cette attitude a de quoi faire bondir”.

C’est d’ailleurs tout le secteur de la santé que le Collectif inter-urgences espère mobiliser dès le mois de septembre. “Les urgences ne sont qu’une vitrine d’un secteur en perdition. Derrière, c’est tout l’hôpital public qui est en danger, déplore Christophe Le Tallec. Nous avons pris des contacts avec les syndicats de médecins, l’association des médecins urgentistes (Amuf) et les structures représentant les patients, entre autres, pour se donner les moyens d’être écoutés”. “Les Ehpad ont été laissés pour compte, la psychiatrie a été ignorée, et nous nous sommes méprisés, constate à son tour Candice Lafarge. Nous devons imposer au gouvernement de nous prendre au sérieux”. Une journée d’action est d’ores et déjà fixée au 26 septembre.

[...]

En savoir plus sur marianne.net


Sur le même thème lire aussi:

➜ Grève des urgences : le gouvernement temporise, les urgentistes s'agacent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles à lire aussi