Peuple de France : A Nantes, les riverains d’un gymnase qui héberge des centaines de migrants n’en peuvent plus

samedi 13 juillet 2019

A Nantes, les riverains d’un gymnase qui héberge des centaines de migrants n’en peuvent plus

Les riverains du gymnase Jeanne-Bernard, occupé depuis fin octobre par 200 à 300 migrants, n’en peuvent plus. Ils craignent pour leur sécurité et celle des occupants, et ne cachent pas leur colère contre l’État.
Les riverains du gymnase Jeanne-Bernard, occupé depuis fin octobre par 200 à 300 migrants, n’en peuvent plus. Ils craignent pour leur sécurité et celle des occupants, et ne cachent pas leur colère contre l’État.

Les habitants de l’avenue Laennec à Saint-Herblain sont « à bout ».


Au milieu de cette rue résidentielle, se trouve le gymnase Jeanne-Bernard dans lequel 200 à 300 migrants ont trouvé refuge depuis fin octobre, faute de mieux. « La cohabitation est devenue de plus en plus difficile. Soixante familles environ sont concernées », lâche l’un d’eux, membre de l’association de riverains L’îlot Jeanne-Bernard. L’association créée il y a quelques années pour veiller au maintien de la qualité de vie des habitants du quartier est devenue le lieu où se partagent les inquiétudes sur une situation qui dure depuis plus de huit mois. Les trois riverains interrogés ont préféré garder l’anonymat « par peur des représailles »

Ils insistent d’abord sur « l’insécurité » qu’ils disent ressentir aux abords du gymnase. Une insécurité qu’ils prouvent par un récent incident auquel ils ont pu assister : 

« En fin de semaine dernière, la députée Anne-France Brunet (LREM, N.D.L.R.) est venue voir la situation sur place. Un de ses assistants s’est fait menacer et sortir du site par un migrant qui, très énervé, a renversé des poubelles avant de taper dans la camionnette d’un artisan. Le ton est monté et l’occupant du gymnase a sorti un couteau. Ça a failli très mal se terminer mais personne n’a porté plainte. » 

Les riverains de l’association l’assurent : ces moments de tension sont fréquents.

Le bruit aussi participe de l’épuisement éprouvé par ces habitants.....

[...]

En savoir plus sur presseocean.fr


Sur le même thème lire aussi:

➜ Nantes. La vie infernale des voisins du squat de Beauséjour occupé par des migrants

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi