Revue de presse française et internationale - Peuple de France: Parlement européen : Nathalie Loiseau ridiculise la France

vendredi 14 juin 2019

Parlement européen : Nathalie Loiseau ridiculise la France

Nathalie Loiseau ? Sa vie, mieux qu’un roman, est une série télévisée : façon « Ma sorcière mal-aimée » ou« Plus moche la vie ». Lors de la première saison, il y a Nathalie au pays des élections européennes. La suivante s’annonce tout aussi grandiose : Nathalie au pays du Parlement européen.
Nathalie Loiseau ? Sa vie, mieux qu’un roman, est une série télévisée : façon « Ma sorcière mal-aimée » ou« Plus moche la vie ». Lors de la première saison, il y a Nathalie au pays des élections européennes. La suivante s’annonce tout aussi grandiose : Nathalie au pays du Parlement européen.

Celle-là devrait tenir toutes ses promesses, perpétuant la tradition inaugurée par la précédente, avec une chouette chute en fin de chaque épisode :
« Nathalie au GUD », « Nathalie et les homophobes », « Nathalie et les homosexuels », « Nathalie et les Romanichels ». Inutile de préciser qu’on en redemandait. Certes, on notait une petite faiblesse, au dénouement de cette première saison. Ainsi, l’épisode « Nathalie déchire sa race aux élections européennes » n’a pas tout à fait convaincu le public du prime-time démocratique.

C’est aussi qu’elle avait dû mal lire les dialogues écrits par autre qu’elle : « Avec ce résultat, deux ans après la présidentielle, après six mois d’une crise sociale sérieuse, à l’issue d’une campagne où tous avaient fait d’elle leur cible, la majorité présidentielle fait la démonstration de sa solidité. » Aussitôt, le showrunner de la série, Édouard Philippe, accessoirement Premier ministre de la France, estime devoir doucher l’enthousiasme de la starlette en question : « Quand on termine deuxième à une élection, on ne peut pas dire qu’on a gagné. » Il est vrai que, formulé de la sorte…

Mais que les fans se rassurent, Nathalie Loiseau en a encore sous la pédale pour la suite du feuilleton. D’où ces merveilleuses punchlines ayant fait sa marque de fabrique. Et la tata flingueuse de défourailler à tout va. Guy Verhrofstadt, ancien Premier ministre belge et président du groupe centriste, qu’elle entend investir en force au Parlement européen ? « Un vieux de la vieille qui a des frustrations rentrées depuis quinze ans. » Parmi ses possibles concurrents à la tête de ce même groupe dans lequel elle entend peser de « façon incontournable », il y a évidemment la Néerlandais Sophie in’ t Veld, dont elle affirme que « ça fait quinze ans qu’elle perd toutes les batailles qu’elle mène ». Quant à Fredrick Federley, éventuel challenger suédois, voter pour lui équivaudrait à « donner les clefs du groupe à la droite allemande ». La patronne de cette dernière, Angela Merkel, étant considérée comme « le problème en Europe », nous voilà bien partis pour peser sur le destin du Vieux Continent.

Voilà qui va être encore pratique pour contrer les ambitions allemandes, Angela Merkel soutenant, à la future présidence de la Commission européenne, son poulain Manfred Weber, dont Nathalie Loiseau prétend qu’il n’est qu’un « ectoplasme ». Pourra-t-elle, alors, s’appuyer sur les piliers français de la construction européenne, dont le centriste historique, Jean Arthuis ? Ça risque d’être plus que coton, l’ayant qualifié « d’homme totalement aigri ». Nathalie Loiseau, ce n’est plus une fanfare mais un feu d’artifice à elle seule.

Fort de ce traditionnel humour, caractéristique du centrisme estampillé Maine-et-Loire, Jean Arthuis tweete en retour : « Je salue l’intelligence politique de Nathalie Loiseau et la sincérité de ses démentis. Entrée prometteuse au Parlement européen. »

Il est pourtant vrai que « démentis » il y a eu. Mais dans un simple mail n’ayant pas véritablement convaincu, tel qu’on pouvait s’en douter. Truffe on the cake, le tweet was « rédigé en anglais ». The wrong femme in the mauvaise place, as qu’on tell in a way of causer. Dès lors, de deux choses l’une. Ou Nathalie Loiseau est en retard de cotisation au GUD et cette organisation estudiantine ourdit sa vengeance avec les fourbes manières qu’on lui connaît. Ou c’est Marine Le Pen qui la finance en cachette.

Dernière possibilité : elle est sincère. Et là, c’est à se pendre au fond du jardin ou à s’égorger à coups de bananes molles.

PS : aux dernières nouvelles, Nathalie Loiseau renoncerait à briguer la présidence de l’ALDE, groupe centriste au Parlement européen. Comme quoi on peut être européiste et pas totalement idiot.

Nicolas Gauthier pour bvoltaire.fr


Sur le même thème lire aussi:

➜ Video. Débat politique: Jordan Bardella (RN) atomise Nathalie Loiseau (LREM)

➜ Nathalie Loiseau refuse de faire le "show" pour les européennes: "Je ne suis pas Bilal Hassani"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi