Peuple de France : Manuel Valls aurait touché 160 000 euros pour être candidat à Barcelone

lundi 17 juin 2019

Manuel Valls aurait touché 160 000 euros pour être candidat à Barcelone

Si l’ex-premier ministre de François Hollande est l’un des grands perdants des dernières élections municipales en Espagne, il semblerait que Manuel Valls n’ait pas perdu sur tous les tableaux. Un journal catalan révèle en effet que celui-ci aurait touché pas moins de 20 000 € par mois pendant la campagne électorale.
Si l’ex-premier ministre de François Hollande est l’un des grands perdants des dernières élections municipales en Espagne, il semblerait que Manuel Valls n’ait pas perdu sur tous les tableaux. Un journal catalan révèle en effet que celui-ci aurait touché pas moins de 20 000 € par mois pendant la campagne électorale.

Le quotidien catalan Ara a enquêté sur la campagne de Manuel Valls lors des récentes élections municipales et, selon le journal, quatre sources différentes auraient indiqué qu’il aurait touché un salaire mirobolant de 20 000 € par mois net entre sa démission du poste de député français en octobre 2018 et la fin du mois de mai, soit un total de 160 000 €. Un montant particulièrement élevé puisque c’est plus que le salaire qu’il a perçu lorsqu’il était premier ministre, celui-ci étant plafonné à 15 000 € depuis 2012. Un salaire que Manuel Valls aurait justifié par le fait qu’il devait abandonner sa fonction de député et donc la rémunération qui va avec (plus de 7 000 € par mois).

Manuel Valls à la recherche de financiers

L’enquête a également démontré que l’une des principales préoccupations du candidat centriste était la recherche de fonds pour financer sa campagne. Il aurait d’ailleurs effectué plusieurs séjours à Marbella, station balnéaire prisée des grandes fortunes espagnoles, afin de récolter des dons. Aussi on a pu retrouver Manuel Valls dans de grands dîners organisés par le parfumeur catalan Mariano Puig afin que le candidat, bien connu des Français mais étranger pour les Catalans, puisse rencontrer de grandes fortunes prêtes à le financer. Lors de ces rencontres, Ara explique que les invités avaient un grand intérêt pour celui qui fut premier ministre de la France.



Sur le même thème lire aussi:

➜ Manuel Valls persiste et signe : « les djihadistes agissent au nom de l'islam »

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi