Peuple de France : Arrogance, mépris, fossoyeur de l’Europe: un journaliste polonais étrille Macron

mercredi 5 juin 2019

Arrogance, mépris, fossoyeur de l’Europe: un journaliste polonais étrille Macron

Marek Gladysz, journaliste polonais, met en garde le chef de l’Etat: aucune démocratie européenne ne peut exister en niant la souveraineté des peuples.
Marek Gladysz, journaliste polonais, met en garde le chef de l’Etat: aucune démocratie européenne ne peut exister en niant la souveraineté des peuples.

Pour sauver l’Union européenne de la crise de confiance sans précèdent qu’elle traverse, encore faudrait-il établir un dialogue entre ceux qui aiment se qualifier de «progressistes» (un terme extraordinairement trompeur) et ceux qu’on qualifie - souvent à tort - de «populistes».


C’est sans compter sur l’arrogance et le mépris du président Emmanuel Macron, convaincu d’être le seul autorisé à avoir raison, quand bien même les urnes lui donnent tort. Et même si le modèle français a perdu sa substance et son attractivité. C’est peu de dire que tous les voyants français sont au rouge: niveau de prélèvements obligatoires record, chômage de masse, croissance très faible, déficit budgétaire inquiétant, poids du politiquement correct empêchant les vrais débats, islamisation en roue libre et prolifération des zones de non-droit.

La France va dans le mur, mais son président, sûr de son aura de leader européen, n’a guère renoncé à son goût pour les leçons de morale politique, y compris à l’égard de pays, comme la Pologne, dont la situation économique et sociale pourrait être largement enviée par ses compatriotes.

En s’autorisant à traiter de «nationalistes lépreux» une partie de ses compatriotes et de ses partenaires européens, Emmanuel Macron est devenu le président qui divise aussi bien sur son sol qu’en Europe.

En creusant le fossé entre l’Est et l’Ouest et en amplifiant les divisions en Europe entre «progressistes» - figures quasi saintes du camp du bien - et «populistes» - perçus comme les cerbères du camp du mal -, Emmanuel Macron risque de s’inscrire dans l’histoire comme le fossoyeur de l’Europe, lui qui rêve tant d’être son sauveur.

(...)

En méprisant plus de 43% des Polonais qui ont choisi, aux élections européennes, les conservateurs du PiS (le parti Droit et justice) actuellement au pouvoir (un score que LaREM n’atteindrait même pas dans ses rêves les plus fous), Emmanuel Macron a terni l’image de la France dans ma patrie.

[...]

En savoir plus sur lefigaro.fr


Sur le même thème lire aussi:

➜ Macron : un imposteur en fin de parcours

➜ Macron est fini, il partira sous les tomates

➜ Sébastien Chenu : « Emmanuel Macron a une volonté absolue de maîtriser ceux qui ne pensent pas comme lui »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles à lire aussi