Peuple de France - Revue de presse française et internationale: Saint-Malo. Deux salariés refusent de travailler le dimanche chez Cora, ils sont licenciés

mardi 21 mai 2019

Saint-Malo. Deux salariés refusent de travailler le dimanche chez Cora, ils sont licenciés

Jusqu’où va-t-on descendre ? Deux salariés de l’hypermarché Cora de Saint-Jouan-des-Guérêts, à côté de Saint-Malo, ont été licenciés pour avoir refusé de travailler le dimanche.
Jusqu’où va-t-on descendre ? Deux salariés de l’hypermarché Cora de Saint-Jouan-des-Guérêts, à côté de Saint-Malo, ont été licenciés pour avoir refusé de travailler le dimanche. 

L’information a été dévoilée Europe 1 ce mardi 21 mai 2019.

La direction de Cora refuse pour le moment de répondre aux questions des journalistes – nous avons également tenté, sans succès, de joindre la direction qui s’est lâchement réfugiée derrière une employée chargée de collecter les coordonnées de ceux qui appellent pour en savoir plus.

En attendant, malgré 18 ans d’ancienneté pour une des salariés, 8 ans pour l’autre, le couperet est tombé. Opposée par principe au travail le dimanche, elle avait prévenu son employeur qu’elle ne se rendrait pas au travail au mois de mars dernier. Idem en février (courriers en recommandé envoyés). Dans son contrat de travail, rien ne l’y oblige en effet, aucun avenant au contrat n’aurait été signé depuis que Cora a décidé de faire travailler ses salariés le dimanche, journée où traditionnellement et historiquement, le peuple avait jusqu’à il y a peu encore le droit de se reposer. Le travail volontaire le dimanche n’est pas non plus de mise, puisque les salariés se sont vus imposés le travail pendant 6 dimanches par an, là où Lerclerc et Carrefour Saint-Malo eux, restent fermés.

La salariée en question n’a même pas reçu de convocation préalable à un licenciement, apprenant par la suite qu’elle était licenciée pour faute grave et insubordination. Pas d’indemnités donc, ni de préavis, et une situation de précarité immédiate pour les deux salariés du Cora.

« Nous allons saisir le conseil des prud’hommes très rapidement » a annoncé pour sa part François Macquaire, défenseur syndical CFTC. « Le salarié a tout à fait le droit de refuser de travailler un jour de repos”, a-t-il ajouté. Les deux salariés licenciés vont attaquer l’employeur et patron du Cora devant le conseil des prud’hommes pour licenciement sans cause réelle ni sérieuse.


« Ceux qui ne cautionnent pas ce licenciement scandaleux savent ce qu’ils leur restent à faire pour faire plier économiquement ce supermarché » nous adresse un internaute qui nous a signalé l’affaire. « Comptez sur nous », indique la devise de la chaine….


Source: breizh-info.com


Sur le même thème lire aussi:

➜ Carrefour : salariés licenciés, PDG grassement rémunéré

➜ Castorama: des salariés licenciés vont devoir former leurs remplaçants polonais

➜ Des employés d'Amazon licenciés parce qu'ils soutenaient les Gilets jaunes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles à lire aussi