Peuple de France : La communauté asiatique ciblée par des vagues d'agressions en banlieue parisienne

mercredi 22 mai 2019

La communauté asiatique ciblée par des vagues d'agressions en banlieue parisienne

Quatre personnes accusées d'avoir détroussé avec violence des personnes d'origine asiatique ont été arrêtées. Sun Lay Tan, porte-parole de l’association Sécurité pour tous, déplore les agressions visant la communauté en région parisienne.
Quatre personnes accusées d'avoir détroussé avec violence des personnes d'origine asiatique ont été arrêtées. Sun Lay Tan, porte-parole de l’association Sécurité pour tous, déplore les agressions visant la communauté en région parisienne.

«Tous les deux jours, une agression touche des personnes d’origine asiatique», dénonce Sun-Lay Tan,
porte-parole de l'association de défense de la communauté asiatique Sécurité pour tous, qui fédère une vingtaine d'organisations, alors que quatre personnes accusées d'une vague d'agressions à Vitry-sur Seine (Val-de-Marne) viennent d'être arrêtés.

Selon le représentant de l'association, en contact avec la police pour recueillir des informations sur l'affaire, les jeunes hommes casqués se déplaçaient en scooter de location ou en voiture, et arrachaient les sacs à main de leurs victimes, visées parce qu'ayant des traits asiatiques. Les agresseurs s'en sont pris à 17 personnes, selon la police, mais un appel à témoin diffusé massivement dans la communauté asiatique laisse penser qu'une trentaine de personnes auraient été agressées ces derniers mois par ce groupe-là. Les faits ont été commis de janvier à mai 2019 dans le 13e arrondissement de Paris, à Vitry-sur-Seine et Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). L'un des suspects est mineur mais il n'a pas été relâché à l'issue de la garde à vue, contrairement à la pratique courante. «Le parquet estime que les faits sont suffisamment graves pour ne pas le relâcher. La qualification juridique est passée de délit à crime car c'était une bande organisée», poursuit Sun-Lay Tan.

Des violences accompagnaient le plus souvent les vols, «que la victime oppose une résistance ou non», précise Sun-Lay Tan. L'une d'elle a reçu cinq jours d’interruption temporaire de travail (ITT) à la suite des coups infligés. D'autres personnes agressées ont fait des chutes violentes, ont été traînées au sol.

[...]

En savoir plus sur francais.rt.com


Sur le même thème lire aussi:

➜ Mourad, flic par conviction : "Va au bled, en Algérie ou au Maroc, parler comme ça aux flics dans la rue ! Le mec va te coller une trempe"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles à lire aussi