Peuple de France - Revue de presse française et internationale: Acte 28 à Toulouse : un journaliste RT France matraqué par un commissaire de police

mardi 28 mai 2019

Acte 28 à Toulouse : un journaliste RT France matraqué par un commissaire de police

Présent à la manifestation toulousaine lors de l'acte 28 des Gilets jaunes, un journaliste RT France n'a pas échappé, en fin de journée, aux coups de matraque d'un commissaire à l'occasion d'une opération de dispersion pour le moins violente.
Présent à la manifestation toulousaine lors de l'acte 28 des Gilets jaunes, un journaliste RT France n'a pas échappé, en fin de journée, aux coups de matraque d'un commissaire à l'occasion d'une opération de dispersion pour le moins violente.

25 mai, Toulouse. Il est bientôt 19 h quand, au terme d'une journée qui s'est globalement déroulée
dans le calme, un journaliste du site web de RT France assiste à une interpellation sur le boulevard Lazare Carnot, devant la société d'assurances Axa banque. Positionné sur le trottoir, notre reporter est alors en train de filmer la scène quand il est pris pour cible par ce qui semble être un commissaire divisionnaire (reconnaissable grâce au grade présent sur son uniforme) qui lui assène des coups de matraque au niveau des jambes.

Une première vidéo montre notre journaliste, identifiable en tant que tel par le brassard «presse» qu'il porte au bras gauche, répétant au haut gradé : «Presse ! Presse !»



Une deuxième vidéo montre un autre angle de la scène. Les images montrent un policier visiblement très nerveux lorsqu'il arrive au niveau de notre journaliste. Le fonctionnaire de police bouscule plusieurs personnes sur son passage, renversant notamment une femme au sol et faisant usage de sa matraque sur un autre individu.



[...]

En savoir plus sur francais.rt.com


Sur le même thème lire aussi:

1 commentaire:

  1. Bienvenue à tous à la dictature de Soros, Merkel et Macron. On calmera chaque détermination de faire justice par la force. C'est ce que nos patrons ont déterminé. Il ne reste plus qu'à les applaudir.

    RépondreSupprimer

Articles à lire aussi