Peuple de France-Revue de presse: 1er mai à Paris. L'opposition incrimine le gouvernement pour sa gestion des violences

jeudi 2 mai 2019

1er mai à Paris. L'opposition incrimine le gouvernement pour sa gestion des violences

Plusieurs responsables politiques d’opposition, ont vivement critiqué le dispositif sécuritaire mis en place mercredi à Paris pour répondre aux violences des radicaux lors de la manifestation du 1er mai.
Plusieurs responsables politiques d’opposition, ont vivement critiqué le dispositif sécuritaire mis en place mercredi à Paris pour répondre aux violences des radicaux lors de la manifestation du 1er mai.

Pour la présidente du RN Marine Le Pen, le mouvement des Gilets jaunes est « victime » des images
de violence, ce qui « arrange » l’exécutif. « C’est le gouvernement qui exclusivement porte la responsabilité des violences qui se déroulent aujourd’hui », a-t-elle accusé.



Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (DLF), a dénoncé de son côté un « laxisme d’État ».

Du côté de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon a fustigé « une forme d’incompétence, d’incapacité à doser l’usage de la force de la part de monsieur Castaner ».

« Le gouvernement peut se frotter les mains », a twitté de son côté l’élu parisien Ian Brossat, tête de liste PCF aux Européennes.


« Je suis en colère parce qu’on ne peut plus manifester le 1er mai normalement. Le cortège de la CGT a fait l’objet de gaz lacrymogène, ce n’est pas normal. Le regret que j’ai et qui me met en colère parce qu’on ne parle pas des 240 défilés qui se sont déroulés dans le calme partout en France, plus fournis que l’an dernier. On ne parle pas de la colère sociale, des salaires et des délocalisations. Lamentable », a-t-il ajouté.

[...]

En savoir plus sur ouest-france.fr


Sur le même thème lire aussi:

➜ 1er mai: Selon cette manifestante, «il est temps de partir» pour Emmanuel Macron

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi