Peuple de France-Revue de presse: Gilets jaunes fichés par l'AP-HP : un urgentiste dénonce une "violation complète du secret médical"

jeudi 25 avril 2019

Gilets jaunes fichés par l'AP-HP : un urgentiste dénonce une "violation complète du secret médical"

L'urgentiste Gérald Kierzek se désole auprès de "Marianne" du recours de l'AP-HP à l'application SI-VIC, consultable par la police, pour ficher les gilets jaunes admis à l'hôpital. Il s'insurge contre une "dérive dangereuse" des services de Martin Hirsch.
L'urgentiste Gérald Kierzek se désole auprès de "Marianne" du recours de l'AP-HP à l'application SI-VIC, consultable par la police, pour ficher les gilets jaunes admis à l'hôpital. Il s'insurge contre une "dérive dangereuse" des services de Martin Hirsch.

L’urgentiste Gérald Kierzek est « consterné ». C’est lui, en prenant son tour de garde aux urgences le 16 avril dernier qui a découvert que l’AP-HP avait activé l‘application SI-VIC, un fichier prévu
initialement pour suivre les victimes en cas d’attentat terroriste. Sauf que depuis décembre, à l’initiative du ministère de la Santé, de samedi en samedi, ce fichier a bel et bien servi à tracer les gilets jaunes passés par l’hôpital. « Il y a leurs noms, leurs signes distinctifs, leurs blessures, confie le médecin à Marianne. Le système informatique est même prévu pour que dès qu’un service d’urgence enregistre une fiche, elle aille directement à la direction générale de la Santé et même au dessus. En clair, chaque service d’urgence peut permettre de localiser les blessés gilets jaunes … En violation complète du secret médical », peste l’urgentiste, « effaré ».

Selon lui, aucun des 17 chefs de service d’urgence de la région parisienne n’a osé dénoncer l’opération. Il a fallu qu’il tweete, puis que le Canard Enchaîné révèle l’existence de l’utilisation de ce fichier pour que l’AP-HP s’exprime. 

[...]

En savoir plus sur marianne.net


Sur le même thème lire aussi:

➜ Les médecins révoltés par l’obligation de ficher les Gilets jaunes blessés

1 commentaire:

  1. Mais quand arréterons nous cet odieux Macron,qui utilise des controles dans les centres hospitaliers. Ces procédés sont courant dans les pays communistes,et dictatoriaux. J'espére que lorsque il ne sera plus rien,la justice s'occupera de son cas.

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Articles à lire aussi