Peuple de France : En Corse, Emmanuel Macron accueilli par des gilets jaunes et des drapeaux de l'île

jeudi 4 avril 2019

En Corse, Emmanuel Macron accueilli par des gilets jaunes et des drapeaux de l'île

Les nationalistes ont appelé à une journée "île morte" pour l'ultime déplacement d'Emmanuel Macron autour du grand débat.
Les nationalistes ont appelé à une journée "île morte" pour l'ultime déplacement d'Emmanuel Macron autour du grand débat.

Drapeaux corses à foison, banderoles sur les écoles, perturbations dans les liaisons aériennes et poignée de gilets jaunes déterminés à approcher le président :
pour l'ultime débat d'Emmanuel Macron en Corse, où les nationalistes ont appelé à une journée "île morte", le mécontentement veut se faire entendre.

La route sinueuse de montagne qui mène au village de Cozzano en Corse-du-Sud où a lieu le débat est décorée de têtes de Maure noires sur fond blanc (la "bandera", le drapeau corse), sur une trentaine de kilomètres entre le village et Ajaccio. Accrochés sur les arbres, scotchés sur les poubelles ou les rideaux de fer à Ajaccio, ils sont là pour signifier au président sur quelle terre il met les pieds. 

À Cozzano, le président a fait étape dans la charcuterie de Dumè Cesari, haut lieu des lonzos et autres coppas corses. Au même moment, quelque 200 manifestants se sont rassemblés, sous la pluie, devant la préfecture de Corse à Ajaccio, à l'appel à la fois d'une intersyndicale pour dénoncer la politique du gouvernement et du puissant syndicat des travailleurs corses (STC) pour "s'opposer au mépris de l'État français vis-à-vis de la Corse".  

[...]

En savoir plus sur lexpress.fr


Sur le même thème lire aussi:

➜ Et une gaffe de plus : Emmanuel Macron fâché avec le drapeau corse ?

Video. Macron en Corse : "C'est extraordinaire de voir l'arrogance de ce président", s'insurge un maire

1 commentaire:

  1. Bizarre,Bizarre
    La presse n'a pratiquement pas informé le peuple de France,sur le déplacement de Jupiter en Corse. Je suis persuadé que si cette visite c'était avérée positive,on nous aurait rabattu et seriné,du Macron à longueur de journée.Preuve que ce président par intérim à la main mise sur toute la presse. Bravo la liberté d'expression. Petit à petit tout est cadenassé. Vivement le changement.

    RépondreSupprimer

Articles à lire aussi