Revue de presse française et internationale - Peuple de France: Montpellier: Les employés d’une association d’accueil de migrants se plaignent de l’insécurité dont ils sont victimes

mardi 26 mars 2019

Montpellier: Les employés d’une association d’accueil de migrants se plaignent de l’insécurité dont ils sont victimes

Les employés de Gammes ont manifesté ce lundi contre le climat d’insécurité qui règne aux abords des locaux de cette association subventionnée pour l’accueil des migrants à Montpellier.
Les employés de Gammes ont manifesté ce lundi contre le climat d’insécurité qui règne aux abords des locaux de cette association subventionnée pour l’accueil des migrants à Montpellier. 

Plusieurs dizaines d’employés et de bénéficiaires de l’association Gammes ont manifesté devant les locaux de l’association situés au 6 rue Saint Barthélémy et devant la préfecture ce lundi.
La raison de leur colère ? Un climat d’insécurité persistant depuis plusieurs années lié notamment à l’accueil des migrants.

Depuis trois ans, cette association d’aide aux SDF s’est vu confier la mission d’accueillir également des migrants. Une mission qui a considérablement augmenté le nombre de bénéficiaires de cette association subventionnée par le Conseil Départemental de l’Hérault et présidée par l’ancien préfet de l’Hérault, Daniel Constantin. Les employés dénoncent des conditions de sécurité insuffisantes et déplorent pas moins de 56 agressions depuis le mois de janvier 2018 soit quasiment une par semaine.

L’implantation de la mafia albanaise à Montpellier s’est elle faite grâce à l’association Gammes ?

La question de l’insécurité aux alentours des locaux de Gammes n’est pas nouvelle mais l’association aurait peut être une responsabilité dans cette affaire. En effet, en 2017 une note confidentielle du Service Départemental des Renseignements du Territoire indiquait que « en février-mars [2017], neuf Albanais sans logement ici ont été accueillis par Gammes via le Consistoire régional protestant […]. Ces migrants demandèrent via Gammes de permettre l’arrivée d’autres migrants de même origine. Ce furent quelque trente Albanais supplémentaires qui s’invitèrent à vivre dans les lieux […]. »


Depuis, l’implantation d’une communauté albanaise dans le quartier s’est amplifiée et de jeunes albanais font parler d’eux quasiment chaque semaine : vols, agressions à l’arme blanche, trafics de stupéfiants…

En novembre 2017, les locaux de l’association Gammes avaient même étaient perquisitionnés par la police et plusieurs albanais avaient été interpellés suite à une agression au couteau.


Depuis, c’est un sentiment d’impunité qui s’est répandu chez certains jeunes albanais. En janvier 2019, lors d’une nouvelle agression au couteau contre un mineur de 14 ans, les agresseurs avaient déclaré : « Nous sommes des Albanais, les patrons de Montpellier, on touche pas les Albanais ».



Sur le même thème lire aussi:




2 commentaires:

  1. L'Albanie n'est pas en guerre que je sache. Donc ces gens n'ont pas à demander le droit d'asile. La est de les renvoyer en Albanie. Point. Mais ils savent que la France est tellement laxiste qu'elle ne le fera pas et ils en profitent, en plus, pour faire la loi. Je me demande souvent quel est ce pays où je vis !

    RépondreSupprimer
  2. Bien dit madame. Et oui malheureusement nous ne sommes plus en France.Nous ne sommes plus prioritaires chez nous. Nous avons des traites a la nation qui, nous gouvernent,et qui petit a petit nous font perdre notre légitimité.

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Articles à lire aussi