Peuple de France - Revue de presse française et internationale: La justice face aux « gilets jaunes » : un nombre « colossal » de gardes à vue et un recours massif aux comparutions immédiates

dimanche 31 mars 2019

La justice face aux « gilets jaunes » : un nombre « colossal » de gardes à vue et un recours massif aux comparutions immédiates

Quelque 2 000 manifestants ont été condamnés depuis le 17 novembre. Les avocats chargés de leurs dossiers dénoncent une «sévérité des peines» face à des prévenus au casier judiciaire vide.
Quelque 2 000 manifestants ont été condamnés depuis le 17 novembre. Les avocats chargés de leurs dossiers dénoncent une «sévérité des peines» face à des prévenus au casier judiciaire vide. 

Après plus de vingt semaines de mobilisation, des chiffres communiqués par la garde des sceaux, Nicole Belloubet, permettent d’esquisser un premier tableau, marqué notamment par un recours massif aux comparutions immédiates et par une certaine sévérité des juges.


La ministre de la justice a fait savoir, le 23 mars, que 2 000 personnes avaient été condamnées depuis le 17 novembre, date du premier rassemblement, et qu’environ 40 % d’entre elles ont reçu des peines d’emprisonnement ferme. Près de 1 800 personnes interpellées lors des manifestations organisées chaque samedi depuis plus de quatre mois attendent encore d’être jugées, a précisé Mme Belloubet.

Au-delà des 2 000 condamnations, ces chiffres soulignent d’abord le nombre «colossal» – un terme employé par plusieurs avocats ayant eu à traiter ces dossiers – de gardes à vue n’ayant donné lieu à aucune poursuite. Au total, 8 645 personnes ont été placées en garde à vue ces quatre derniers mois, selon la chancellerie. «Des milliers de manifestants [près de 5 000] ont été relâchés sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux. Ces dossiers vides constituent la majorité de nos affaires» , note Muriel Ruef, avocate au barreau de Lille.

Selon la chancellerie, les condamnations prononcées portent sur des faits de « recel de vol », « participation à un groupement », « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique », « dégradations », « outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique », « usage de produits stupéfiants », « refus de signalisation » ou encore « menaces de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

[...]

En savoir plus sur lemonde.fr


Sur le même thème lire aussi:


1 commentaire:

  1. Monsieur Macron,vous avez foutu le feu en France.Jamais un Président (UN VRAI) n' a eu un tel comportement envers le peuple,que vous méprisez.
    Votre fierté,votre égo surdimensionné,causeront votre perte.Vous n'aimez pas le peuple de France.Le fauteuil que vous occupez (j'espére que ce n'est pas celui du Général de Gaulle)ne vous mérite pas.Vous n'étes pas un homme d'état.En bientot 2 ans de mandat,on entend parler de magouilles en tout genre (et ce que l'on nous cache).L'affaire Bénala,rien qu'elle parmi tant d'autres devrait vous obliger à la démission.A votre départ de l'Elyséee,il faudra passer le karcher pour assainir les lieux.

    RépondreSupprimer

Articles à lire aussi