Peuple de France - Revue de presse française et internationale: Gilets jaunes : pour l'acte 18, des figures du mouvement déterminées à être plus radicales

jeudi 14 mars 2019

Gilets jaunes : pour l'acte 18, des figures du mouvement déterminées à être plus radicales

Des figures des Gilets jaunes misent sur la date du 16 mars pour être entendus. Pour que l'acte 18 marque une nouvelle phase dans la mobilisation, Eric Drouet, Maxime Nicolle et Priscilla Ludosky ont fait des appels plus déterminés que jamais.
Des figures des Gilets jaunes misent sur la date du 16 mars pour être entendus. Pour que l'acte 18 marque une nouvelle phase dans la mobilisation, Eric Drouet, Maxime Nicolle et Priscilla Ludosky ont fait des appels plus déterminés que jamais.

«Tous à Paris pour l'acte 18» : tel est le mot d'ordre lancé par des Gilets jaunes pour la mobilisation du 16 mars qu'ils veulent décisive.


«Nous lançons un ultimatum au président Macron et au gouvernement, nous voulons que nos revendications soient respectées, nous appelons toute la France à monter sur Paris», détaille la page Facebook de l'évènement «Acte 18 - Ultimatum - La France entière à Paris».


Alors que nombre de Gilets jaunes ne se sentent pas entendus dans leurs revendications par le gouvernement, certaines figures du mouvement adoptent désormais un ton plus menaçant.

«J'en ai plus rien à foutre. [Je ne dirai plus] aux gens : "Restez calme"», prévient par exemple dans l'un de ses lives, Maxime Nicolle qui ajoute que le 16, «il va se passer ce qu'il va se passer». «Je n'appellerai pas à la non-violence, je n'appellerai pas à la violence», poursuit-il, ajoutant, en allusion aux autorités : «Samedi, ils se démerdent, ils subiront les conséquences de 17 semaines de foutage de gueule.»

Même Priscillia Ludosky, d'ordinaire modérée, s'est dite prête à utiliser des «solutions non-violentes, mais radicales, précises, ciblées pour avoir la pleine attention attendue», selon le JDD. Sur YouTube, Eric Drouet a quant à lui donné des conseils pour se rendre à la manifestations parisienne depuis la province, assurant que les forces de l'ordre «vont prévoir le coup» et tenter de bloquer les gens. En outre, Eric Drouet a directement interpellé le président de la République : «Macron tu peux te méfier de ça.» Il prédit un acte très important et évoque un «blocage national» par la suite.

[...]

En savoir plus sur francais.rt.com


Sur le même thème lire aussi:


1 commentaire:

Gilbert Rocaries a dit…

Je ne pourrai pas aller a Paris,mais je serai de tout coeur avec les gilets jaunes. D'ores et déja je leur souhaite bon courage.Macron est désavoué en Allemagne,laché par l'Europe,affaibli en France il ne lui reste qu'une solution régler intelligemment les demandes justifiées du peuple de France, avant que sont sort ne s'aggrave.Les saccages de cet embryon de président CA SUFFIT. Il en est de meme pour sa cohorte de larbins.Allez tout ce monde aux oubliettes.

Articles à lire aussi