Peuple de France-Revue de presse: Général Vincent Desportes : « Cette décision d’utiliser Sentinelle est politiquement et humainement dangereuse »

jeudi 21 mars 2019

Général Vincent Desportes : « Cette décision d’utiliser Sentinelle est politiquement et humainement dangereuse »

Le général Vincent Desportes analyse la décision et les risques d’utiliser les militaires de l’opération Sentinelle pour les manifestations de samedi prochain : « On risque de se retrouver dans des situations compliquées. »
Le général Vincent Desportes analyse la décision et les risques d’utiliser les militaires de l’opération Sentinelle pour les manifestations de samedi prochain : « On risque de se retrouver dans des situations compliquées. »

Emmanuel Macron a déclaré, ce matin, que des militaires du dispositif Sentinelle remplaceraient les forces de police et de gendarmerie pour garder des points statiques. Est-ce une pratique courante dans la gestion de manifestation ?


Utiliser les armées pour faire du maintien de l’ordre est tout sauf courant. Je pense, sans me tromper, que la dernière utilisation de militaires pour le maintien de l’ordre sur le territoire national remonte à la guerre d’Algérie. On doit bien comprendre que c’est une décision sûrement technique mais beaucoup plus, encore, politique. Utiliser des militaires, c’est utiliser des forces de 3e catégorie, c’est-à-dire des forces qui ne sont pas entraînées, formées et équipées pour le maintien de l’ordre. Elles sont entraînées, équipées et formées à utiliser des armes létales destinées à tuer. On voit bien que, quelles que soient les précautions prises, cette décision est peut-être raisonnable mais, en tout cas, politiquement et humainement dangereuse.

Les militaires ne sont pas formés au maintien de l’ordre et ne sont équipés que de leurs fusils d’assaut. Si des militaires sont attaqués par des émeutiers, leurs moyens de riposte seront limités…

Si, par malheur, des émeutiers – parce qu’il faut bien les appeler par ce nom – en venaient à rentrer directement en contact avec les militaires de la force Sentinelle, le dilemme serait élevé. Les militaires n’ont pas toute une gamme d’armements ou d’équipements leur permettant d’éviter l’utilisation des armes létales. Soit ils ne font rien, et auquel cas l’armée française est ridiculisée. Soit ils utilisent leurs armes, qui sont destinées à tuer.

Le droit dit aux militaires qu’ils ont le droit d’utiliser leurs armes en cas de légitime défense. La légitime défense ne se réduit pas à eux-mêmes, mais est élargie aux biens et aux personnes qu’ils sont chargés de sécuriser et de défendre. Ce que dit le droit également, c’est que la réponse doit être proportionnelle. On est devant une grande difficulté. Si un militaire utilise son arme pour se défendre, mais si on peut prouver que les émeutiers ne voulaient pas le tuer et que le militaire tue, alors c’est le militaire qui aura tort. On risque donc de se retrouver devant des situations juridiquement extrêmement compliquées.

J’espère très vivement que les dispositifs globaux seront organisés de manière que ce contact n’ait pas lieu.

[...]

Général Vincent Desportes pour bvoltaire.fr


Sur le même thème lire aussi:



1 commentaire:

  1. Ce gouvernement souhaite peut être la bavure ,pour laquelle il se désengagera ,pour asseoir définitivement sa politique totalitariste . Et d'autres fusibles pourront sauter,et d'autres avides de pouvoirs pourront être mis en place ,et si ce n'est pas la maxi émeute,pour ne pas dire la "guerre civile",ce sera l'extinction de la France,et la naissance d'un état européen,sous le règne de la dictature.
    Rien de bon à attendre d'une telle mesure.Une armée n'est pas destinée à se battre contre ses concitoyens d'origine.

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Articles à lire aussi