Peuple de France-Revue de presse: Emmanuel Macron aux étudiants kényans : « Choisissez la France ! »

vendredi 15 mars 2019

Emmanuel Macron aux étudiants kényans : « Choisissez la France ! »

Comme à Ouagadougou il y a deux ans et demi, le président français a terminé son périple par deux heures de débat avec des étudiants kényans.
Comme à Ouagadougou il y a deux ans et demi, le président français a terminé son périple par deux heures de débat avec des étudiants kényans.

Ils sont sagement alignés sur le trottoir de l'allée principale de l'université de Nairobi. Parmi les quelques centaines d'étudiants qui guettent l'arrivée du président Macron, Victoria, 21 ans, étudiante en psychologie, a « très envie de connaître sa vision du Kenya et de la jeunesse ».


Elle est « si contente » de voir la France se rapprocher de son pays et, surtout, que le chef de l'État ait choisi son université pour rencontrer « les leaders de demain ».

« Je suis surtout là pour échanger avec vous », lance en anglais Emmanuel Macron à l'assemblée, après une Marseillaise vibrante chantée par le chœur de l'université. Et d'enchaîner sur sa perception du continent – lui qui se défend d'avoir une politique africaine. « Je crois fortement en l'Afrique », commence-t-il, évoquant ses six mois passés à Abuja au Nigeria dans le cadre de son cursus à l'ENA, au cours desquels il dit avoir « découvert l'énergie et la jeunesse ».

 « Il est possible que le nouvel Einstein se trouve en Afrique, et même qu'il s'agisse d'une femme », a-t-il poursuivi.

Aux premiers rangs de l'amphithéâtre étaient présents des présidents d'université ou d'institut de recherche français (Cirad, IUT de Cachan, IRD, Sciences Po) avec lesquels des partenariats ont été signés lors de cette visite, en vue de favoriser les échanges dans l'enseignement supérieur entre les deux pays. « La France a choisi le Kenya en Afrique, choisissez la France. Il y a très peu d'étudiants kényans en France », intime Emmanuel Macron. S'ensuit une incitation à apprendre le français. « La francophonie est un facteur d'intégration africaine et peut vous permettre de commercer avec d'autres régions », plaide-t-il.

[...]

En savoir plus sur lepoint.fr


Sur le même thème lire aussi:


1 commentaire:

Participer à la discussion

Articles à lire aussi