Peuple de France - Revue de presse française et internationale: Suresnes. Après une hospitalisation, il retrouve sa maison squattée et dévastée par des mineurs isolés étrangers

mercredi 27 février 2019

Suresnes. Après une hospitalisation, il retrouve sa maison squattée et dévastée par des mineurs isolés étrangers

Le propriétaire affirme que son pavillon a été occupé illégalement pendant plusieurs jours. Deux adolescents ont été interpellés.
Le propriétaire affirme que son pavillon a été occupé illégalement pendant plusieurs jours. Deux adolescents ont été interpellés.

Yves a-t-il été victime de ceux que l’on désigne comme « les gamins des rues » ? C’est en tout cas la conviction de cet habitant de Suresnes dont la maison, située au pied de la terrasse du Fécheray, a été littéralement dévastée
après avoir été squattée plusieurs jours, à la fin du mois de janvier, par une bande d’adolescents. Des mineurs isolés étrangers qui refusent les hébergements d’urgence et avec qui les associations et les travailleurs sociaux peinent à nouer contact.

C’est précisément le 24 janvier, au retour d’un séjour de deux semaines à l’hôpital Ambroise Paré de Boulogne-Billancourt où il suit un traitement lourd, qu’Yves a constaté avec effroi l’occupation illégale de sa résidence principale. 

Sur place, deux suspects seront finalement interpellés en flagrant délit, surpris alors qu’ils tentaient de quitter les lieux. Remis en liberté, ils sont convoqués le 4 avril, devant le tribunal pour enfants où ils devront répondre de « vol avec escalade dans un local d’habitation en réunion » selon le parquet de Nanterre.

« Il s’agit de mineurs isolés, de gamins originaire d’Algérie ou du Maroc qui ne parlent pas un mot de français et qui sont arrivés ici sans proches ni familles » assure Yves....

[...]

En savoir plus sur leparisien.fr


Sur le même thème lire aussi:

➜ Nantes. Nouveau squat de migrants en plein centre-ville, les riverains sont furieux

➜ Poitiers: un immeuble appartenant au ministère de la justice transformé en maison d'hébergement collectif pour migrants mineurs isolés

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi