Peuple de France : Référendum le 26 mai ? "Une manoeuvre" pour "détourner l'attention" des européennes (Marine Le Pen)

dimanche 3 février 2019

Référendum le 26 mai ? "Une manoeuvre" pour "détourner l'attention" des européennes (Marine Le Pen)

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a vu dimanche une "manœuvre" d'Emmanuel Macron pour "détourner l'attention" des élections européennes dans l'hypothèse d'un référendum organisé le même jour, tout en accusant le chef de l'État de "complotisme" face  aux "gilets jaunes".
La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a vu dimanche une "manœuvre" d'Emmanuel Macron pour "détourner l'attention" des élections européennes dans l'hypothèse d'un référendum organisé le même jour, tout en accusant le chef de l'État de "complotisme" face  aux "gilets jaunes".

Selon le Journal du dimanche, M. Macron pourrait convoquer un référendum le 26 mai, jour des élections européennes, pour sortir de la crise des "gilets jaunes", à l'issue du grand débat.


"Un référendum, moi je suis toujours d'accord", a déclaré sur BFMTV Marine Le Pen, qui y voit cependant une "manoeuvre" du chef de l'État.

"En réalité, tout cela est déjà empaqueté depuis le début". "Avant même d'avoir lancé le grand débat, il avait déjà décidé de proposer un référendum le jour des européennes pour détourner évidemment le sujet d'intérêt des européennes, où il sait que les positions qu'il défend sont tout à fait minoritaires dans le pays", a-t-elle affirmé.

"Le gouvernement est responsable de la situation car il a les moyens, clairement, d'arrêter du jour au lendemain ces manifestations", a jugé Mme Le Pen.

*****

Pour s'extraire de la crise des Gilets jaunes, Emmanuel Macron se convertit à l'hypothèse d'un référendum. Selon les confidences de sources haut placées recueillies par le JDD, il envisage même de plus en plus sérieusement d'organiser cette consultation le même jour que les élections européennes, le dimanche 26 mai. Preuve tangible que ce scénario prend corps : le bureau des élections au ministère de l'Intérieur, chargé de l'organisation des scrutins, a pris langue en fin de semaine avec des imprimeurs et papetiers afin d'être prêt pour le jour J, si le chef de l'État confirme ce calendrier.

Sources: actu.orange.fr - lejdd.fr


Sur le même thème lire aussi:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles à lire aussi