Peuple de France : Emmanuel Macron : 120 millions d’euros par an pour les « activistes » féministes

vendredi 22 février 2019

Emmanuel Macron : 120 millions d’euros par an pour les « activistes » féministes

L’égalité femmes-hommes, une cause pour laquelle Emmanuel Macron compte créer un fonds de 120 millions d’euros par an. Sous l’oeil avisé de Marlène Schiappa…
L’égalité femmes-hommes, une cause pour laquelle Emmanuel Macron compte créer un fonds de 120 millions d’euros par an. Sous l’oeil avisé de Marlène Schiappa…

Le prochain sommet du G7 va se tenir à Biarritz du 25 au 27 août 2019. Seront alors réunis au Pays Basque les chefs d’États des sept pays réputés être les plus grandes puissances avancées du monde :
l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni. Un rendez-vous où le FMI, l’ONU et l’OCDE seront également représentés.

À l’occasion de cette rencontre estivale, la France compte émettre des propositions concernant la question de l’égalité femmes-hommes. Afin de préparer le dossier, un Conseil pour l’égalité femmes-hommes s’est tenu à l’Élysée le mardi 19 février. Le président de la République Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron avaient convié une kyrielle de personnalités…


120 millions d’euros pour les mouvements féministes

Ce Conseil pour l’égalité femmes-hommes a donc eu lieu en présence de l’actrice britannique et ambassadrice d’ONU Femmes Emma Watson mais également des prix Nobel de la paix Nadia Murad et Denis Mukwege. Dans un autre registre, la Femen Inna Shevchenko était aussi de la partie. Sans oublier, bien entendu, la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes et à la lutte contre les discriminations Marlène Schiappa.

Au terme de la rencontre, cette dernière a annoncé que « le président de la République a décidé de créer un fonds de 120 millions d’euros par an pour aider les mouvements pour l’égalité femmes-hommes et féministes, notamment du sud ». Sans donner davantage de précisions sur cette notion de « sud » ni sur les raisons expliquant les lacunes de ce dernier en matière d’égalité femmes-hommes…




 Emmanuel Macron veut des « activistes »


Parmi les chantiers dans le viseur du Conseil pour l’égalité femmes-hommes, se trouvent notamment l’aide publique au développement de l’accès des filles à l’éducation et la création d’un fonds mondial pour les victimes des viols utilisés comme armes de guerre. Mais le rendez-vous de Biarritz sera aussi l’occasion d’utiliser le pouvoir d’influence du G7 pour inciter les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) à combattre le harcèlement en ligne.




Des projets qu’Emmanuel Macron veut voir se matérialiser rapidement : « Faisons de ce comité un groupe d’activistes, sans attendre le mois d’août, avec des actions très concrètes ». Et de poursuivre : « Que des gens qui se sont habitués à l’anonymat, on leur enlève leur masque, que des grands groupes habitués à vivre de ça, on leur enlève cette liberté, qu’on mette de la protection partout où il en faut ». Enfin, la mise en place d’un suivi des engagements formulés au G7 concernant l’égalité de genre serait aussi dans les cartons.

De son côté, l’essayiste française Caroline Fourest, elle aussi présente à l’Élysée ce 19 février, a déclaré : « L’avancée des droits des femmes est menacée par la sécularisation qui recule partout et par l’exception à l’universalité des droits au nom du respect des cultures et des religions » avant d’ajouter que « Ce principe pourrait être réaffirmé lors du G7 ».

Pour mener à bien cette diplomatie féministe auprès des chefs d’États les plus puissants de la planète en août prochain, nul doute que Marlène Schiappa va affûter ses arguments et ses tweets d’ici là… 

Source: breizh-info.com


Sur le même thème lire aussi:


Aucun commentaire:

Articles à lire aussi