Peuple de France-Revue de presse: Gilets jaunes : Christophe Dettinger au tribunal ce mercredi

mercredi 13 février 2019

Gilets jaunes : Christophe Dettinger au tribunal ce mercredi

Christophe Dettinger, champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, doit comparaître ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour « violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique ».
Christophe Dettinger
Christophe Dettinger, champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, doit comparaître ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour « violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique ». 

Ce père de famille de 37 ans domicilié dans l’Essonne s’est rendu -tristement- célèbre en agressant deux gendarmes mobiles le 5 janvier à Paris au cours de l’acte 8 des Gilets jaunes.
Il encourt jusqu’à sept ans d’emprisonnement.

Ce 5 janvier, l’ancien boxeur professionnel manifestait avec les Gilets jaunes « pour le futur de ses enfants ». Pacifiquement. L’ambiance s’est sérieusement dégradée sur une passerelle enjambant la Seine lors d’un face-à-face entre les forces de l’ordre et des Gilets Jaunes dans un nuage de gaz lacrymogène. Christophe Dettinger, alias le Gitan de Massy, s’est mis à boxer un premier gendarme avant d’en frapper un second à terre. Filmée, cette scène de violence s’est transformée en vidéo virale sur Internet, provoquant stupeur et condamnations sans appel, d’un côté, élan de sympathie et de générosité de l’autre.

*****

Il avait été placé en détention le 9 janvier 2019 et dort depuis en prison, dans une cellule de Fleury-Mérogis. Ce mercredi 13 février, l’ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, Christophe Dettinger, 37 ans, doit être jugé pour "violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique", un délit passible de sept ans d'emprisonnement et 100.000 euros d’amende. 

Lors de sa comparution, le 9 janvier dernier, soit quatre jours après les faits, l’ancien boxeur avait dit "regretter (ses) actes" et demandé un délai pour préparer sa défense. Ce père de famille s au casier judiciaire vierge avait expliqué avoir eu un accès de colère après avoir "vu des gendarmes matraquer un jeune homme et une femme au sol".

Incarcéré depuis ce jour-là, il comparaîtra détenu.....

Sources: leparisien.fr - lci.fr


Sur le même thème lire aussi:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi