Peuple de France : Éric Ciotti : « Notre pays est au bord de la faillite »

samedi 23 février 2019

Éric Ciotti : « Notre pays est au bord de la faillite »

Entretien décapant avec un élu qui assume une position de « franc tireur », à droite toute.
Entretien décapant avec un élu qui assume une position de « franc tireur », à droite toute.


Le Point : La France est-elle au bord de la guerre civile ?



Éric Ciotti : La crise des Gilets jaunes exprime une légitime colère face à l'assommoir fiscal. J'ai soutenu ce mouvement, mais malheureusement, aujourd'hui, il a été dévoyé par la violence de quelques-uns et la manipulation de groupes extrémistes. Le bilan humain est très lourd : 1 400 blessés parmi les forces de l'ordre, plus de 2 000 chez les manifestants, et 11 morts. C'est inédit en métropole depuis la guerre d'Algérie. Les raisons de cette colère sont, certes, anciennes. Mais Emmanuel Macron porte aussi une très lourde responsabilité. Il a mené une politique économique et sociale profondément injuste et inefficace. Et il a été un pyromane qui a allumé l'incendie par ses provocations verbales, son comportement clivant et stigmatisant.

En qualifiant le chef de l'État de pyromane, n'ajoutez-vous pas de la violence  ?

C'est malheureusement le constat que dressent les Français. Il me semble d'ailleurs qu'Emmanuel Macron l'a compris puisque nous assistons à une forme d'acte de contrition et de changement dans sa communication. Jupiter se veut moins arrogant et plus humble, ce qui signe l'échec des deux premières années du quinquennat. Le président de la République a trompé les Français. Pour certains, dont je ne fais pas partie, il a suscité une vraie espérance qui reposait sur un rêve de concorde… et c'est tout le contraire qui s'est produit. On attendait un rassemblement des forces de notre pays et le macronisme s'est réduit au culte de la personnalité.

Pourquoi la parole publique est-elle discréditée  ?

La communication s'est trop souvent substituée à l'action. Notre vie publique souffre d'une overdose de communication impuissante. Certains ont promis le rêve et les Français se réveillent avec des lendemains qui déchantent. Arrêtons de masquer la réalité ! Il faut dire que notre pays est au bord de la faillite, comme l'avait diagnostiqué François Fillon, et que l'on ne peut pas préserver notre système grevé par 1 300 milliards d'euros de dettes et 100 milliards de déficit budgétaire. La démocratie retrouvera de la force lorsque les citoyens auront enfin le sentiment que ce gouvernement ne leur ment pas. Nous devons en finir avec le temps de l'esbroufe et des politiques saltimbanques.

[...]

Entretien complet dans lepoint.fr


Sur le même thème lire aussi:



1 commentaire:

  1. comme vous avez raison,mais helas,beaucoup de français croient encore aux fariboles de notre président;il faut lui reconnaître l'art de la communication et comme le miroir aux alouettes,les gens sa laissent prendre,mais pas moi !!!! filloniste,je n'ai jamais cru à ses boniments,mais ce qui me fait mal,c'est que les trois quarts des retraités ont votés pour,mais pas moi !!je suis gilet jaune dans l'esprit et sait fort bien que ce mouvement,légitime,car il cristallise tous les ressentiments d'un peuple las d'être pris pour des cons par une élite politique qui se fiche comme d'une guigne du sort de ces personnes; mais qu'ils prennent garde !!

    RépondreSupprimer

Articles à lire aussi