Peuple de France : Quand Darmanin confond Coluche et Churchill !

vendredi 8 février 2019

Quand Darmanin confond Coluche et Churchill !

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, mélange Coluche et Winston Churchill ; ce qui est tout de même un peu plus embêtant.
Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, mélange Coluche et Winston Churchill ; ce qui est tout de même un peu plus embêtant.


Hormis les innombrables problèmes qu’on sait, il y en a que le gouvernement n’a pas encore su résoudre à cette heure, dont celui du nécessaire soutien scolaire que mériteraient certains de ses ministres.


Benjamin Griveaux, porte-parole de ce même gouvernement, qui confond deux estimés et estimables patriotes, Marc Bloch et Charles Maurras, à propos du distinguo en « pays réel » et « pays légal », passe encore… Mais là, c’est Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, qui mélange Coluche et Winston Churchill ; ce qui est tout de même un peu plus embêtant.

Ainsi le jeune Darmanin vient-il d’affirmer : « Nous pouvons considérer qu’effectivement, la vie ce ne sont pas des statistiques et, comme le disait Winston Churchill, ce qu’ils montrent est intéressant, mais c’est comme les maillots de bain : ce qu’ils cachent l’est encore plus. » C’est assez rigolo, certes ; sauf que ce n’est pas du Churchill mais du Coluche : « Les statistiques, c’est comme le bikini, ça donne des idées, mais ça cache l’essentiel. » En revanche, il est vrai que ce bon Winston, sur les statistiques, a aussi avancé ceci : « Je ne crois jamais à une statistique à moins de l’avoir moi-même falsifiée. »

La chose agite aujourd’hui les réseaux sociaux, qui n’ont évidemment que ça à f… Pourtant, tout le monde peut faire mal en croyant bien œuvrer – l’auteur de ces lignes en premier. Car le plus inquiétant n’est pas que Gérald Darmanin se mélange les pinceaux en citant tel ou tel, mais plutôt lorsqu’il livre le fond de sa pensée, en novembre dernier, quand craignant un « Brexit intérieur », en plein mouvement de gilets jaunes : « Nous devons tous intégrer, et pas seulement expliquer, mais entendre et comprendre, ce que c’est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros lorsque vous invitez quelqu’un et que vous ne prenez pas de vin. »

L’ignorance sera toujours excusable ; l’impudence, un peu moins. Quoique ces deux infirmités puissent naviguer de conserve, à en croire l’hebdomadaire Marianne, qui rappelle qu’avec un Guide Michelin, il est possible de se régaler, à Paris, dans des restaurants étoilés à moins de 60 euros à deux, vin compris.

À propos de questions, il y a aussi celle posée, en octobre 2017, par Catherine Nay, dans Valeurs actuelles, lorsque brossant le portrait de cet « homme pressé » qu’est Gérald Darmanin. Un vrai petit prodige que celui-là. Député à 30 ans, maire de Tourcoing à 32, ministre à 35 ? Il n’y a guère que Nicolas Sarkozy pour égaler une telle irrésistible ascension. Ça tombe bien : il est l’un des protégés de toujours de l’ancien Président.

Hormis le parcours, ils partagent la même rage de vaincre, peut-être due aux mêmes origines mal digérées. Enfant de « sang mêlé » pour l’un ; deux aïeux venus de loin pour l’autre : du père, un Juif maltais et un Algérien harki, de la mère. Une telle revanche à prendre, donc, sur on ne sait trop quoi ou qui, a peut-être emmené ce galopin à pratiquer un activisme politique échevelé et à collaborer, de 2002 à 2003, à la revue Politique Magazine, d’obédience royaliste. Son directeur, Hilaire de Crémiers, nous explique : « Il n’a travaillé chez nous que pour à peine trois numéros. Les journalistes m’ont souvent harcelé sur cette question, mais il était seulement très jeune, et tout aussi radical que l’on peut l’être à cet âge… » Il est sûrement tout aussi jeune, et presque aussi radical, lorsqu’il assure la campagne législative de 2007 de notre camarade Christian Vanneste, alors en pleine tourmente médiatico-humaniste pour ses propos « contestés » sur l’homosexualité.

Gérald Darmanin, donc, a été jeune et a beaucoup oublié de ses errements d’antan. Aujourd’hui, il semble être passé de l’innocence au gâtisme sans avoir jamais connu la maturité. Certains prétendent qu’il se verrait même un destin présidentiel. À l’instar de Nicolas Sarkozy, son mentor ? Ou d’un Coluche, autre espoir élyséen de jadis ?


Nicolas Gauthier pour bvoltaire.fr


Sur le même thème lire aussi:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles à lire aussi