Peuple de France-Revue de presse: Antisémitisme : devant le Crif, Macron promet des « actes »

jeudi 21 février 2019

Antisémitisme : devant le Crif, Macron promet des « actes »

La définition de l'antisémitisme sera élargie à l'antisionisme. Trois groupuscules d'extrême droite sont dissous, dont Bastion social et Combat 18.
Emmanuel Macron. (Archive)
La définition de l'antisémitisme sera élargie à l'antisionisme. Trois groupuscules d'extrême droite sont dissous, dont Bastion social et Combat 18.

S'il n'est pas toujours allé aussi loin que le souhaitait Francis Kalifat, le président a annoncé des mesures très attendues par le Crif.


Il a assuré que la France allait adopter dans ses textes de référence une définition de l'antisémitisme élargie à l'antisionisme ; a annoncé la dissolution de groupuscules d'extrême droite à commencer par trois exemples concrets : Bastion social, Blood and Honour Hexagone et Combat 18 ; et a également annoncé une loi pour lutter contre la haine sur Internet ainsi qu'un « audit » « des établissements touchés par la déscolarisation des enfants de confession juive ».


Le chef de l'État a déploré « une résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde Guerre mondiale », alors que les actes antisémites ont augmenté de 74 % en 2018 selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Il a été particulièrement applaudi lorsqu'il a déclaré que « l'antisionisme est une des formes modernes de l'antisémitisme », ainsi que lorsqu'il a affirmé que « de l'antisémitisme traditionnel se déploie un antisémitisme fondé sur l'islamisme radical ». Il a également touché son auditoire par cette phrase prononcée avec émotion : « La honte doit changer de camp. Nous sommes chez nous. Nous tous. »

[...]

En savoir plus sur lepoint.fr


Sur le même thème lire aussi:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi