Peuple de France : Vérité, dignité, espoir : les 3 vœux d’Emmanuel Macron pour 2019 qui veulent dire : Benalla, arrogance et taxes

mardi 1 janvier 2019

Vérité, dignité, espoir : les 3 vœux d’Emmanuel Macron pour 2019 qui veulent dire : Benalla, arrogance et taxes

Le président français le plus impopulaire de l’histoire, alors qu’on pensait que François Hollande avait touché le fond, a présenté ses vœux aux Français qui souffrent, après avoir passé quelques jours princiers dans la ville des milliardaires bling-bling de Saint-Tropez.
Le président français le plus impopulaire de l’histoire, alors qu’on pensait que François Hollande avait touché le fond, a présenté ses vœux aux Français qui souffrent, après avoir passé quelques jours princiers dans la ville des milliardaires bling-bling de Saint-Tropez.

Le discours était creux et superficiel, froid et mécanique, bureaucratique et dévitalisé : c’est la seule façon que connaît ce président pour s’exprimer, celle qu’on apprend dans l’école du lavage de cerveau, l’ENA. Il devrait prendre des cours de théâtre.


L’enjeu est de trouver des mots capables de marquer «autorité et rassemblement», a chuchoté un de ses proches à la presse. Autorité il n’en a aucune sauf celle des faibles : la répression, et pour le rassemblement, il est aussi consensuel et chaleureux qu’une porte de prison. On aurait presque envie de lui dire, pour se dérider un peu, de faire comme son prédécesseur qui s’échappait en scooter pour rejoindre sa copine.

Dans la bouche du président, sa version de la vérité fait penser à Benalla : j’ai menti, je mens et je mentirais. La dignité se voit à son mépris et son arrogance. Quand à l’espoir, les importantes hausses de taxe qui vont tomber sur les Français en 2019 pour financer les cadeaux faits aux Gilets jaunes vont sans aucun doute leur retirer le peu d’espoir qui leur reste.

Ironie, Macron a fait vœu de vérité, de dignité et d’espoir. Il a fait le vœu de dire la vérité ? On se pince pour se demander si on ne rêve pas.

Concernant ses flèches empoisonnées à l’endroit des Gilets jaunes, on hésitera entre la maladresse, l’incompétence, l’incompréhension ou le mépris. Ou peut-être un peu de tout ça.

« Certains prennent pour prétexte de parler au nom du peuple : mais lequel, d’où, comment ? Ils ne sont en fait que les porte-voix d’une foule haineuse, ils s’en prennent aux élus, aux forces de l’ordre, aux journalistes (…) c’est la négation de la France. »

Il fallait oser, quand on a un taux de popularité aussi faible.

On se souviendra sans doute des vœux de Macron pour l’année 2018 :

« L’année 2018 sera celle de la cohésion de la Nation »

Cet homme est un visionnaire, pas de doute.

© Christian Larnet pour Dreuz.info.


Sur le même thème lire aussi:



Aucun commentaire:

Articles à lire aussi