Peuple de France-Revue de presse: Toulon: aucune charge retenue contre le policier qui a frappé à mains nues des Gilets jaunes

dimanche 6 janvier 2019

Toulon: aucune charge retenue contre le policier qui a frappé à mains nues des Gilets jaunes

Réagissant à des vidéos montrant des images de violences, pendant la manifestation toulonnaise des «gilets jaunes» ce samedi, le policier mis en cause sur les réseaux sociaux réagit ce dimanche 6 janvier et livre à Var-matin/Nice-matin ses explications. En poste à Toulon, Didier Andrieux était le responsable des unités d'ordre public des policiers nationaux.
Capture d'écran @larueofficiel (Twitter)
Réagissant à des vidéos montrant des images de violences, pendant la manifestation toulonnaise des «gilets jaunes» ce samedi, le policier mis en cause sur les réseaux sociaux réagit ce dimanche 6 janvier et livre à Var-matin/Nice-matin ses explications. En poste à Toulon, Didier Andrieux était le responsable des unités d'ordre public des policiers nationaux.

Le directeur départemental adjoint de la sécurité publique, José Casteldaccia, estime que
«cette vidéo doit être remise dans le contexte d'hyperviolences commises en fin de manifestation» et cite «des jets de projectiles, des palettes en feu, des plots de chantier mis en travers de la route pour empêcher les voitures de police s'avancer».

"Il y avait un contexte insurrectionnel avant et après ces vidéos, dans lequel il était impossible d'interpeller quelqu'un sans violence, et il (le commandant) a agi proportionellement à la menace", a dit Bernard Marchal, procureur de la République à Toulon, qui n'a pas ouvert de procédure contre le fonctionnaire.

[...]

En savoir plus sur lefigaro.fr


Sur le même thème lire aussi:

➜ Gilets jaunes: Nunez condamne les actes de "séditieux" qui "cherchent à faire tomber la démocratie"


1 commentaire:

  1. C'est pas la légalisation de la violence. Cela ne sera jamais légal. C'est juste une nouvelle prouve que la démocratie n'existe plus ou plutôt n'a jamais existé en France.
    Nous sommes opprimés.

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Articles à lire aussi