Peuple de France : Le porte-parole des Gilets jaunes du Vaucluse: « Amener le gouvernement à démissionner et à changer de cap »

mardi 8 janvier 2019

Le porte-parole des Gilets jaunes du Vaucluse: « Amener le gouvernement à démissionner et à changer de cap »

Samedi, à Marseille, dans les locaux du journal La Provence, des gilets jaunes se sont réunis pour lancer un mouvement. Christophe Chalençon était présent. Il explique au micro de Boulevard Voltaire ce qui a été décidé.
Samedi, à Marseille, dans les locaux du journal La Provence, des gilets jaunes se sont réunis pour lancer un mouvement. Christophe Chalençon était présent. Il explique au micro de Boulevard Voltaire ce qui a été décidé.

Ce samedi à Marseille des gilets jaunes ont lancé un mouvement dans les locaux du journal La Provence. Qu’a-t-il été décidé précisément ce samedi ?


Cette rencontre était la première dans le Sud. Elle a eu lieu dans cette cité emblématique de Marseille.
Nous sommes partis sur trois grands axes.
Premier axe, nous avons confirmé et apporté tout notre soutien à ce nouveau mouvement citoyen en cours de construction: Gilets jaunes, le mouvement.

Nous avons ensuite parlé de la création dans toutes les communes d’assemblées citoyennes, ce qui est déjà bien avancé dans le Vaucluse. Une plateforme nommée NOOS permettra en parallèle de synthétiser la totalité des projets et des revendications des citoyens qui pourront également y porter leurs votes. Cette plateforme va fonctionner pour nos 36 000 communes. De cette façon, nous aurons un retour à l’instant t de toutes les revendications présentées en France, par l’ensemble des citoyens. Nous prévoyons un tour de France pour développer assez rapidement cet outil important.

Enfin, le troisième pilier est la coordination nationale. Elle se met en place avec Gilets jaunes, le mouvement, mais aussi d’autres mouvements politiques, des associations de maires et bien d’autres qui viendront s’agréger autour de cette grande plateforme, pour porter l’ensemble des revendications, des projets et surtout le projet futur de société de demain.

L’intégralité des gilets jaunes ne va pas forcément se reconnaître dans votre mouvement. Certains contestaient déjà votre légitimité. Que répondez-vous à ceux qui pensent que vous ´´ confisquez’´ une partie de la mobilisation ?

Ces personnes contestent ma légitimité parce qu’aujourd’hui nous n’avions pas donné le cap. Dès le matin de notre rencontre, des contestations avaient eu lieu. Nous avions fait entrer ces personnes lors de la réunion. Elles se sont rendues compte que nous étions là pour construire quelque chose d’important. Le soir, 400 personnes étaient devant les grilles, car un média avait informé que nous étions en train de construire un parti politique et une liste aux Européennes, alors que ce n’était pas du tout le cas.

Aujourd’hui, je suis allé personnellement avec d’autres au contact de ces personnes et avons laissé entrer six représentants de ces 400 personnes. C’était impossible de faire rentrer tout le monde. Tout le monde s’est rendu compte que le seul objectif était de transformer la société, d’amener le gouvernement en place à démissionner, de changer de cap et de mettre l’humain au coeur du futur projet.

[...]

En savoir plus sur bvoltaire.fr


Sur le même thème lire aussi:





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles à lire aussi