Peuple de France-Revue de presse: Un Pape totalement déphasé des réalités migratoires !

vendredi 25 janvier 2019

Un Pape totalement déphasé des réalités migratoires !

On peut être « Catho » et totalement idiot, c’est le cas, je l’espère, d’une petite minorité de la communauté catholique européenne, mais on peut également être Pape et complètement déphasé des réalités de notre époque.
On peut être « Catho » et totalement idiot, c’est le cas, je l’espère, d’une petite minorité de la communauté catholique européenne, mais on peut également être Pape et complètement déphasé des réalités de notre époque.

Il y a un an, le 14 janvier 2018, le migrant clandestin d’origine nigérienne, Innocent Oseghale, âgé de 29 ans et arrivé en Italie en 2014, était monté en chaire pour lire la lettre, écrite justement par le Pape François, à l’occasion de la célébration de la « Journée mondiale des migrants »
qui, comme on le sait, bénéficient du soutien total et du Pape et de la cité du Vatican qui, bien entendu, n’en accueille aucun.

(Si ce n’est pas le cas, j’aimerais bien savoir combien de « migrants clandestins » ont été accueillis par la cité du Vatican ?)

Pour le remercier, la communauté catholique romaine lui avait offert alors un plein panier de denrées alimentaires et plusieurs couvertures.

Ce migrant nigérian avait par la suite bénéficié d’un appartement proposé par la paroisse de Villa Potenza, un hameau de Macerata, et son loyer avait été payé pour une durée de trois mois.

Condamné pour trafic de drogue, Oseghale avait été exclu du programme de protection des réfugiés et se trouvait devant la menace d’une expulsion immédiate, puisque son permis de résidence expiré n’avait pas été renouvelé.

Soutenu par le curé de la paroisse comme étant une personne ayant plutôt besoin d’aide, il avait bénéficié de trois mois supplémentaires de loyer pour une nouvelle résidence, 450 euros/mois payés grâce à des fonds collectés, et il avait pu cohabiter avec une nouvelle compagne de passage, Michela Pattinari.

Or, c’est dans ce même appartement, payé avec l’argent des fidèles de la paroisse, qu’avaient été retrouvés les vêtements ensanglantés de la jeune Pamela Mastropietro, qui avait quitté le centre de désintoxication « Corridonia », dans les Marches, le 29 janvier 2018, et disparu.

Pamela avait été assassinée et découpée en tronçons le lendemain 30 janvier.

Son corps mutilé avait été découvert plus tard dans deux valises.

Après six mois d’enquête, en juillet, les policiers recherchaient toujours certaines parties du corps, ce qui laissait supposer qu’il pouvait peut-être s’agir de « cannibalisme » ?

Oseghale a été accusé de ce crime odieux, avec la complicité de trois autres migrants nigérians.

Un trafiquant de drogue, de nationalité ghanéenne, est toujours recherché activement

Le psychiatre et criminologue italien, Alessandro Meluzzi, a affirmé que ce meurtre était l’œuvre de l’un de ces gangs de criminels originaires du Niger qui infestent le pays.

Cela explique le soudain silence de la communauté catholique de Macerata et de leur évêque de la ville des Marches, qui n’avait même pas osé se déplacer pour bénir la plaque posée à l’endroit même ou le corps démembré de la jeune Pamela Mastropietro, âgée d’à peine 18 ans, avait été découvert, tuée et mise en pièce par le « Nigérian ».

Le procès du mal nommé Innocent Oseghale s’ouvrira à la Cour d’Assises le 13 février 2019.

L’avocat de la famille Mastropietro a fait état des très fortes pressions exercées contre lui lors de l’enquête, et même par la suite, pressions qui lui ont même interdit d’entrer dans « l’appartement des horreurs », accompagné d’experts et qui, selon lui, proviennent de la communauté religieuse catholique.  (Source « Il Giornale.It. »)

C’est pour venger ce crime atroce et révoltant que le 3 février 2018, un jeune italien de 28 ans, Luca Traini, qui connaissait Pamela, avait tiré sur des migrants africains près du monument aux morts de Macerata, avec le drapeau italien posé sur ses épaules, en blessant six au cours de la fusillade.

Manuel Gomez


Sur le même thème lire aussi:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi