Peuple de France - Revue de presse française et internationale: Nice : la police déloge des Gilets jaunes qui s'étaient installés dans un hôpital désaffecté

vendredi 4 janvier 2019

Nice : la police déloge des Gilets jaunes qui s'étaient installés dans un hôpital désaffecté

La police a expulsé dans le calme une quinzaine de Gilets jaunes qui s'étaient installés dans un hôpital désaffecté de Nice. Ils occupaient le bâtiment pour en faire «un lieu de débats» et «pour héberger des familles qui dorment à la rue».
La police a expulsé dans le calme une quinzaine de Gilets jaunes qui s'étaient installés dans un hôpital désaffecté de Nice. Ils occupaient le bâtiment pour en faire «un lieu de débats» et «pour héberger des familles qui dorment à la rue».

Le 3 janvier vers 21h, des Gilets jaunes (une quinzaine selon Nice Matin) ont été expulsés par la police d'un ancien hôpital désaffecté du centre-ville de Nice (Alpes-Maritimes), dans lequel ils affirment s'être installés le 23 décembre.
Les forces de l'ordre ont d'abord investi les lieux et contrôlé l'identité des occupants puis les ont délogés dans le calme.

Dans la journée, ceux-ci avaient déployé sur la façade du bâtiment un gilet jaune géant sur lequel était inscrit le sigle «RIC», renvoyant au fameux référendum d'initiative citoyenne, l'une des revendications du mouvement. Un témoin a diffusé une vidéo de la séquence sur Twitter.

«Nous sommes entrés dans ces lieux sans voie de fait pour en faire un lieu de débats et de conférences et pour héberger des familles qui dorment à la rue, on n'admet pas qu'ils couchent dehors avec le froid qu'il fait», a expliqué pour l'AFP Martial, le référent médias de ces Gilets jaunes niçois depuis le perron de l'hôpital Saint-Roch, alors que les forces de l'ordre avaient déployé un cordon de sécurité pour empêcher toute nouvelle intrusion.

[...]

En savoir plus sur francais.rt.com


Sur le même thème lire aussi:



1 commentaire:

Gilbert Rocaries a dit…

Expulser des gilets jaunes,alors que l'on loge à tout va et gratuitement les immigrés, c'est scandaleux.Il est clair que la priorité n'est plus du côté des Francais.Honte au fonctionnaire qui a pris la décision d'activer la police pour procéder à l'expulsion.

Articles à lire aussi