Peuple de France : Marlène Schiappa: "On est un pays où on aime se plaindre"

samedi 26 janvier 2019

Marlène Schiappa: "On est un pays où on aime se plaindre"

Invitée en tant que médiatrice sur le plateau de Balance ton Post vendredi 25 janvier, Marlène Schiappa a provoqué une vive réaction dans le public lorsqu'elle a reproché aux Français de trop souvent se plaindre.
Invitée en tant que médiatrice sur le plateau de Balance ton Post vendredi 25 janvier, Marlène Schiappa a provoqué une vive réaction dans le public lorsqu'elle a reproché aux Français de trop souvent se plaindre.


Mais si elle ne participe pas directement au début et note sur un tableau blanc les propositions des invités sur le plateau, Marlène Schiappa ne tient pas à entendre des critiques assassines contre le gouvernement et Emmanuel Macron .

Alors que l'avocat François Boulo, porte-parole des “gilets jaunes” de Rouen, propose l'idée d'un impôt sur la nationalité, sur le modèle de ce qui existe aux Etats-Unis, Marlène Schiappa réplique : “On est des gens sérieux, on n'est pas non plus chez les Bisounours et on ne peut pas se dire : 'on va prendre le bon d'ici, d'ici... que ce qui est en plus et pas ce qui en moins'”. Et d'enchaîner directement : “On est aussi dans un pays —pardon, je vais le dire, je suis désolée Cyril—, on est dans un pays où on aime se plaindre !” Le public l'a huée à ce moment-là, qui a rappelé à certains la fameuse petite phrase d'Emmanuel Macron sur les “réfractaires”.







Sur le même thème lire aussi:

  

2 commentaires:

  1. Il est inadmissible qu'ne secrétaire d'état (intérimaire) vomit de telles paroles envers les Français.Personnellement je n'ai pas de leçons à recevoir de cette dame qui serait certainement mieux ailleurs que dans I gouvernement. Il est vrai que pour insulter le peuple elle est a bonne école avec jupiter. Vivement que tous ces soi disant représentant de l'Etat soit bouté hors de France,et nous foutent la paix. Elle pourrait peut être se lancer dans la pub chez meetic.

    RépondreSupprimer
  2. Qu'elle soit soumise à visiter et vivre avec des personnes qui n'ont pas même
    le minimum vital, et là seulement elle pourrait comprendre la détresse et la
    colère des vrais Français ! Trop souvent maltraités par rapport aux étrangers...

    RépondreSupprimer

Articles à lire aussi