Peuple de France : Grand débat à Souillac : une maire évoque la question migratoire et crée le malaise

samedi 19 janvier 2019

Grand débat à Souillac : une maire évoque la question migratoire et crée le malaise

La maire de Montauban, Brigitte Barèges, a créé le malaise dans la salle à la simple évocation de la question migratoire. Pour autant, elle ne s’est pas empêchée de dresser un constat accablan
La maire de Montauban, Brigitte Barèges, a créé le malaise dans la salle à la simple évocation de la question migratoire. Pour autant, elle ne s’est pas empêchée de dresser un constat accablant. 


Malgré le tri opéré dans les 600 maires d’Occitanie choisis pour questionner et écouter Emmanuel Macron au palais des Congrès de Souillac, dans le Lot, certaines questions qui fâchent ont pu arriver aux oreilles du chef de l’État.
C’est notamment le cas de celle de Brigitte Barèges, la maire LR de Montauban (Tarn-et-Garonne), dont la prise de parole a vite créé le malaise parmi l’assemblée. La scène, retransmise par les caméras de BFMTV, a fait réagir sur les réseaux sociaux.

Pas de huées ni de tollé n’ont accompagné les dires de l’édile, mais le silence pesant qui s’est installé dans la salle à ce moment-là témoigne bien de la sensibilité du sujet. « Dans la ville de Montauban […] nous avons plus ou moins répertorié au moins 70 fichés S. Ce sont des sujets qui ne sont peut-être pas dans votre réalité, mais qui sont préoccupants », a ainsi lancé Brigitte Barèges à l’intention d’Emmanuel Macron. Avant d’enchaîner sur un fait divers dont la morbidité a semblé choquer le parterre d’élus : « Il y a un an, un événement tragique a secoué la ville : il s’agissait d’une grand-mère de 80 ans qui s’est fait agresser à son domicile. Et pardonnez-moi si je suis triviale, elle s’est fait sodomiser par un Algérien qui était en situation irrégulière », dénonce-t-elle.

Alors que des grondements se font entendre, Brigitte Barèges assume son phrasé-choc. « Je sais que c’est un sujet sensible […], mais je souhaite l’aborder en toute simplicité », fait-elle valoir, assurant avoir lu dans les cahiers de doléances « qu’il fallait arrêter l’immigration massive ». Elle dresse alors un parallèle avec la situation des « gilets jaunes », des « personnes en souffrance » qui ne bénéficient du soutien d’aucune ONG, mais qui « pourtant le mériteraient parfois ».

[...]

En savoir plus sur valeursactuelles.com


Sur le même thème lire aussi:

➜ "arrêtez de stigmatiser, d'opposer, de mépriser": le coup de gueule d'un maire face à Emmanuel Macron


3 commentaires:

  1. la blague , on a les images,,mais le son crypté, on ne comprend pas un mot de ce qu'elle dit, tout est fais pour bloquer, afin que ne l'on sache pas la vérité, bravo'la démocratie macronnienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici l'avis de Mr Revol un maire déçu https://youtu.be/tXGl0C1y5U0

      Supprimer
  2. Et ça vous étonne? Ce reportage a été fait par BFMTV.

    RépondreSupprimer

Articles à lire aussi