Peuple de France : Trois des cinq garants de l'«indépendance» du grand débat nommés... par l'entourage de Macron

mardi 15 janvier 2019

Trois des cinq garants de l'«indépendance» du grand débat nommés... par l'entourage de Macron

Alors que le flou demeurait, en raison de contradictions dans la communication de l'exécutif à quelques heures du début du grand débat national promis par Emmanuel Macron, Matignon a annoncé que cinq «garants» allaient être nommés. Dans l'urgence ?
Alors que le flou demeurait, en raison de contradictions dans la communication de l'exécutif à quelques heures du début du grand débat national promis par Emmanuel Macron, Matignon a annoncé que cinq «garants» allaient être nommés. Dans l'urgence ?

Le gouvernement a le sens du suspense. A quelques heures du lancement du grand débat national, initiative contestée promise par Emmanuel Macron afin de tenter de mettre un terme à la révolte des Gilets jaunes, Matignon a annoncé le soir du 14 janvier que cinq «garants», censés assurer l'«indépendance» de l'initiative, allaient être nommés le 18 janvier. Ceux-ci devraient agir en parallèle aux deux membres de l'exécutif chargés de chapeauter le débat.

Des «personnalités indépendantes» désignées... mais par qui ?

Si l'incertitude demeure sur les noms des cinq garants, après des rumeurs annoncées dans la journée puis démenties par l'exécutif, les modalités de désignation se précisent. Cité par l'AFP, le cabinet du Premier ministre Edouard Philippe a fait savoir que deux de ces cinq personnes seraient désignées par le gouvernement. Un autre garant d'«indépendance» sera choisi par Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale, ancien président du groupe LREM à l'Assemblée et compagnon de route d'Emmanuel Macron dès 2016. Les deux derniers élus seront désignés par Patrick Bernasconi, président du Conseil économique, social et environnemental et ancien membre du bureau exécutif du MEDEF, et par le président du Sénat Gérard Larcher (LR).

Choisie, au côté du ministre chargé des Collectivités territoriales Sébastien Lecornu, afin d'animer le Grand débat national après le retrait fracassant de Chantal Jouanno, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique, Emmanuelle Wargon a martelé le 14 janvier : «Le débat n'est pas placé sous contrôle de deux membres du gouvernement.»

[...]

En savoir plus sur francais.rt.com


Sur le même thème lire aussi:





1 commentaire:

  1. Non seulement,ce débat coute cher aux contribuables,mais il détourne l'argent public,pour financer sa tournéee du macron circus.

    RépondreSupprimer

Articles à lire aussi