Peuple de France-Revue de presse: Benjamin Cauchy : « Les Gilets jaunes ne veulent pas de liste aux européennes ! »

jeudi 31 janvier 2019

Benjamin Cauchy : « Les Gilets jaunes ne veulent pas de liste aux européennes ! »

Conversation à bâtons rompus avec Benjamin Cauchy sur toute l’actualité des Gilets jaunes : liste ou pas, Jérôme Rodrigues, Eric Drouet, rôle de la police, Acte XII. Pour lui, le Grand débat est « un grand dégât, un enfumage. Le Président fait un Macron tour pour le service après-vente de sa politique ».
Conversation à bâtons rompus avec Benjamin Cauchy sur toute l’actualité des Gilets jaunes : liste ou pas, Jérôme Rodrigues, Eric Drouet, rôle de la police, Acte XII. Pour lui, le Grand débat est « un grand dégât, un enfumage. Le Président fait un Macron tour pour le service après-vente de sa politique ».

Le mouvement des gilets jaunes ne s’essouffle pas. Il est en train, qu’on le veuille ou non, de se structurer. Il devient une véritable force politique.
Je ne pense pas qu’il faille qu’il se structure en association et encore moins en liste, mais ce mouvement des gilets jaunes perdure et prend de la consistance idéologique. Les souverainistes sont extrêmement présents et c’est tant mieux.

Une liste aux Européennes : bonne ou mauvaise idée ?

C’est une catastrophe et une erreur stratégique. C’est le gouvernement qui a les cartes en main lorsqu’on parle de pouvoir d’achat et de démocratie directe. Ce n’est certainement pas en allant à Strasbourg qu’ils vont pouvoir agir.

J’ai plutôt l’impression qu’il y a un effet d’opportunité et une erreur de timing. J’ai vu d’anciens candidats de La République En Marche et une ancienne cadre de l’UDI. On comprend donc bien la manœuvre politicienne de La République En Marche et d’Emmanuel Macron. Ils sont en train de vouloir étouffer le mouvement en faisant une pseudo liste gilets jaunes. Les gilets jaunes ne veulent pas entendre parler de liste gilets jaunes. Les gilets jaunes ne sont pas une liste électorale, c’est le peuple tout simplement.


À qui profite le crime ?

À Emmanuel Macron bien évidemment. Une liste les gilets jaunes affaiblirait l’opposition nationale. Pour contrer la politique d’Emmanuel Macron, il faut absolument que l’opposition nationale, sur tout son spectre, soit le plus fort possible. Pour cela, il faut que les gilets jaunes soutiennent, en fonction de leurs convictions, souverainistes je l’espère, les listes qui sont présentes et qui dénoncent au quotidien, et pas seulement épisodiquement, la politique du gouvernement.

L’objectif est de faire prendre conscience aux gilets jaunes qu’être contre la politique d’Emmanuel Macron, c’est être souverainiste. Emmanuel Macron caractérise clairement l’Europe ouverte et fédérale et un État maastrichtien comme dirait Michel Onfray. Il faut absolument dénoncer cela.
Au regard de cette présomption de liste gilets jaunes En Marche, je prendrais mes responsabilités en temps et en heure.

Les élections européennes peuvent être également un enjeu lorsqu’on a une ligne politique claire, ce qui est mon cas. J’ai des convictions et je pense qu’on peut également faire infléchir par la suite le gouvernement et la politique européiste d’Emmanuel Macron en étant présent, en soutenant ou en organisant une liste souverainiste pour dénoncer cette politique.

Que retenir du grand débat national ?

Selon moi, ce n’est pas un ‘’grand débat’’, mais plutôt un ‘’grand dégât’’ national et un enfumage politique. Emmanuel Macron cherche à gagner du temps. J’en ai pour preuve le témoignage de madame Jouanno. Elle a elle-même dénoncé cette opération de communication qui a été mise en place par Emmanuel Macron.

Ce n’est pas un débat. Lorsque l’on débat, on pose une question, on y répond, on revient dessus et on échange. Le président de la République fait un Macron tour. On a le tour de France l’été et maintenant, on a le Macron tour l’hiver. S’il veut vraiment avoir le maillot jaune, qu’il porte plutôt un gilet jaune !

Ce débat n’est qu’un enfumage politique. Il ne fait que justifier sa politique et fait du service après-vente de sa politique pour lequel il a été élu légalement en 2017. Si sa politique est légale puisque les gens ont voté pour lui, pour moi, elle n’est absolument plus légitime. Il cherche à légitimer sa stratégie politique par le biais de ces grands débats et non pas à écouter les Français.

Que dire des interventions des forces de l’ordre ?

J’ai été profondément choqué de ce qui est arrivé à Jérôme Rodrigues. Cette figure du mouvement qui incarne le pacifisme et la dénonciation de la politique d’Emmanuel Macron a clairement subi des exactions policières. On voit bien, sur les images qui tournent sur les réseaux sociaux, qu’il n’était ni en train de provoquer la police ni d’agir de manière violente. Il y a donc de forts doutes.
J’attends que L’IGPN et la justice fassent leur travail et montrent bel et bien qu’il y a eu une exaction intolérable.

Les policiers sont extrêmement fatigués et en colère. Leur colère devrait être dirigée contre le gouvernement plus que contre les gilets jaunes.
Les gilets jaunes de Toulouse nous ont témoigné hier par téléphone que la brigade anti-criminalité court après les manifestants en disant ‘’ on va vous crever’’ et leur tape dessus. C’est encore ce qui s’est passé place occitane la semaine dernière. C’est clairement inadmissible !

Concernant Éric Drouet, je crois qu’il faut lire entre les lignes. C’est quelqu’un qui a le verbe parfois imprécis, mais on ne peut absolument pas lui reprocher l’expression de ce sentiment d’injustice. Quand il appelle à l’état d’urgence, c’est surtout à l’appel à l’état d’urgence social. Il faut que les gens continuent à se mobiliser et à soutenir cet élan.
J’espère que pour l’acte XII des gilets jaunes samedi, il y aura le plus de monde possible dans les rues.

Benjamin Cauchy
Porte-parole des Gilets jaunes à Toulouse

Source: bvoltaire.fr


Sur le même thème lire aussi:




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi