Peuple de France - Revue de presse française et internationale: Quand l’asile est détourné en filière d’immigration massive

mercredi 16 janvier 2019

Quand l’asile est détourné en filière d’immigration massive

Les demandes d’asile ont augmenté de 21,8% en 2018 en France, après déjà une hausse de 17% l’année précédente. Le niveau atteint, 122 743 demandes, est le plus élevé de ces dernières années et fait de la France le deuxième pays d’accueil derrière l’Allemagne.
Les demandes d’asile ont augmenté de 21,8% en 2018 en France, après déjà une hausse de 17% l’année précédente. Le niveau atteint, 122 743 demandes, est le plus élevé de ces dernières années et fait de la France le deuxième pays d’accueil derrière l’Allemagne. 

Par ailleurs, la France a accordé 255 550 premiers titres de séjour l’année dernière. Des chiffres vertigineux qui ne représentent que la partie émergée de l’iceberg, c’est-à-dire la seule immigration légale.


Des chiffres qui en disent long sur la submersion migratoire en cours, mais aussi sur le scandale du détournement du droit d’asile en nouvelle filière d’immigration économique. Parmi les 5 principaux pays d’origine des demandeurs, on trouve en effet la Géorgie et l’Albanie, des pays occidentaux à l’indice de développement considéré comme élevé et ne connaissant aucun conflit. Également la Guinée et la Côte d’Ivoire, qui sont des états sûrs.

Il est indispensable de réformer rapidement la politique d’asile. Premièrement parce que ces demandes sont de fait des installations sur le territoire français, avec à peine 15 000 expulsions l’année dernière. Ensuite parce que le coût est insupportable pour les finances publiques, chaque demandeur touche de l’État une allocation de 16,48 € par jour et bénéficie, entre autres, des soins gratuits. Surtout, parce que le détournement du droit d’asile prive ceux qui en auraient réellement besoin de la protection de la France.

Quelques mesures de bon sens doivent être mises en place. Les demandes d’asile ne doivent pas être faites en France, mais dans les consulats et ambassades des pays d’origine ou de pays limitrophes. Et toute personne entrée illégalement sur le territoire français doit savoir qu’elle en sera automatiquement expulsée. Des mesures qu’il est possible d’harmoniser au niveau européen, en parallèle d’un retour à la maîtrise des frontières de chacun, pour enfin en finir avec la submersion migratoire.

Communiqué de Jordan Bardella


Sur le même thème lire aussi:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles à lire aussi