Peuple de France : Prélèvement à la source, Smic, CSG, prime d’activité : Tout ce qui va changer au 1er janvier 2019 pour les Français

lundi 31 décembre 2018

Prélèvement à la source, Smic, CSG, prime d’activité : Tout ce qui va changer au 1er janvier 2019 pour les Français

Prélèvement à la source, Smic, CSG, prime d’activité, compte personnel de formation, : on fait le point avec vous sur ce qui nous attend tous en terme de changement à partir du 1er janvier 2019.
Prélèvement à la source, Smic, CSG, prime d’activité, compte personnel de formation, : on fait le point avec vous sur ce qui nous attend tous en terme de changement à partir du 1er janvier 2019.


Smic

Bénéficiant d’une hausse automatique qui s’appuie sur l’inflation, le Smic est revalorisé de 1,5 %. Le salaire brut passe ainsi à de 9,98 à 10,03 euros de l’heure. Soit, pour un salarié aux 35 heures, à 1 521,22 euros brut par mois, soit 1 204 euros net (16 euros net de plus qu’en 2018). Une goutte d’eau à côté de l’augmentation du gaz et de l’électricité en 2018.

Un bonus de 90 euros va être ajouté à la prime d’activité versée aux travailleurs ayant des revenus proches du Smic (entre 1 et 1,3 Smic). Ce coup de pouce supplémentaire bénéficie aussi aux personnes touchant 0,8 Smic ou 1,4 à 1,5 Smic mais dans des proportions moindres. Cinq millions de foyers seraient éligibles à cette mesure.

CSG

La hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) de 1,7 point est annulée dès janvier pour les retraites les plus modestes. Toutefois, les intéressés devront continuer à la payer entièrement dans un premier temps. Ils se feront ensuite rembourser la différence de façon rétroactive au plus tard en juillet. Concrètement, la CSG repasse à un taux de 6,6 % pour ces retraités dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 22 580 euros (34 636 euros pour un couple), soit un revenu correspondant à une pension de 2 000 euros pour un retraité célibataire et sans autre revenu.

Heures supplémentaires

Elles seront exonérées (c’est donc un retour à ce qu’avait fait Nicolas Sarkozy) dès le 1er janvier, de cotisations salariales et d’impôt sur le revenu.
Prélèvement la la source

L’impôt à la source, c’est à dire la retenue de l’impôt sur le revenu directement sur le salaire devient effective. Cette réforme se concrétisera pour la première fois à la toute fin du mois, sur les bulletins de paie de janvier. Les indemnités de chômage, indemnités maladie ou maternité et pensions de retraite sont concernées de la même façon par ce système.

Gaz, énergie


Baisse des tarifs réglementés du gaz de près de 2%. Le chèque énergie sera augmenté de 50 euros et bénéficiera à 5,8 millions de ménages pour payer leurs factures d’énergie ou des travaux de rénovation énergétique.

Prime exceptionnelle facultative

Les entreprises qui le peuvent sont invitées à verser (depuis mi-décembre et jusqu’au 31 mars) une prime exceptionnelle. Ce geste est exonéré de charges sociales et d’impôt sur le revenu jusqu’à 1 000 euros s’il concerne des salariés touchant jusqu’à 3 600 euros net par mois. Si des gros groupes peuvent se permettre de jouer le jeu, ce n’est pas le cas de la majorité des TPE et des PME qui n’ont pas de trésorerie, asphyxiés qu’ils sont déjà sous les charges.

Retraites

La revalorisation des pensions de retraite est limitée à 0,3 %, très en dessous de l’inflation donc.

Les deux caisses de retraites complémentaires des salariés du privé, l’Agirc (pour les cadres) et l’Arrco (pour les non-cadres), fusionnent. Une mesure qui s’accompagne d’une augmentation des cotisations. Les nouveaux taux sont désormais de 7,87 % pour la première tranche et de 21,59 % pour la seconde, sans points supplémentaires pour les cotisants. Un système de bonus-malus temporaire est aussi instauré pour les personnes nées à partir de 1957.

CPF

Le compte personnel de formation (CPF) n’est désormais plus crédité en heures mais en euros. Le taux de conversion a été fixé à 15 euros de l’heure. Un travailleur à temps complet reçoit désormais sur son compte 500 euros par an, dans la limite de 5 000 euros (accumulés au bout de 10 ans). Exception pour les personnes non qualifiées, qui reçoivent pour leur part 800 euros par an (plafonnés à 8 000 euros).

Minimum vieillesse

Le montant maximum du minimum vieillesse atteint désormais 868,20 euros par mois pour une personne seule (et 1.347,88 euros par mois pour un couple). Cette prestation, qui s’élevait jusqu’ici à 833,20 euros, augmente donc de 35 euros.

D’autres mesures qui interviennent également ce 1er janvier : 

– Le prix de vente des prothèses auditives sera plafonné à 1.300 euros. Le remboursement minimum par la Sécu et les mutuelles passera de 199,71 à 300 euros. Pour les enfants jusqu’à 20 ans révolus, ces deux montant seront alignés à 1.400 euros.

– L’achat, l’usage et le stockage de produits phytopharmaceutiques (pesticides de synthèse) seront interdits aux particuliers et jardiniers amateurs. Les produits pourront être récupérés pour retraitement par les filières de recyclage spécialisées.

– Les promotions sur les produits alimentaires dans la distribution ne pourront pas excéder 34% du prix de vente au consommateur. De facto, les promotions du type « un acheté, un gratuit » seront donc interdites au profit des « deux achetés, un gratuit ».

– Réforme de l’apprentissage: la limite d’âge maximum passe de 26 à 29 ans. La durée du travail des apprentis est assouplie. Création d’une aide unique pour les entreprises de moins de 250 salariés. Aide au permis de conduire de 500 euros pour les apprentis qui pourront entrer en formation tout au long de l’année.

Source: breizh-info.com


Sur le même thème lire aussi:




Aucun commentaire:

Articles à lire aussi