Revue de presse - Peuple de France: Témoignage d'un policier: « Samedi, on aura 180 000 grenades à notre disposition »

vendredi 7 décembre 2018

Témoignage d'un policier: « Samedi, on aura 180 000 grenades à notre disposition »

Un policier, membre des compagnie d'intervention, était le 1er décembre à l'Arc de Triomphe. Il sera de nouveau en mission samedi prochain. Il témoigne.
Un policier, membre des compagnie d'intervention, était le 1er décembre à l'Arc de Triomphe. Il sera de nouveau en mission samedi prochain. Il témoigne.

Il ne représente aucun syndicat. Devoir de réserve oblige, il souhaite rester anonyme pour éviter les représailles de l'administration. Cela fait près de 9 ans qu'il a enfilé l'uniforme. Malgré la violence – « de plus en plus dure », à 37 ans, il est toujours volontaire.


On n'a jamais vécu une violence pareille (...) Sur les ondes, on entendait supplier venez nous aider, on est encerclé

"La semaine dernière, on a été envoyé à l'abattoir. Quand les CRS gazaient les manifestants, nous on était gazé en même temps que les casseurs. À un moment, on était à court de grenades à gaz lacrymogènes ou de désencerclement.

On n'a jamais vécu une violence pareille. On a eu des cas de fuite, de refus devant l'obstacle, comme des crises d'hystérie. Avec l'explosion permanente des grenades, t'avais l'impression d'être au Bataclan en novembre 2015, c'était comme des rafales de kalachnikov. Sur les ondes, on entendait supplier “venez nous aider, on est encerclé”, sans aucune réponse durant une minute, ça paraît une éternité.

On nous dit que samedi, on aura près de 180 000 grenades à notre disposition (pour tous les effectifs de police en mission de maintien de l'ordre à Paris, NDLR)

Pour l'instant, on bénéficie encore de l'inorganisation des Gilets jaunes. Bien qu'ils sont désormais équipés de gazeuses, de gilets pare-balles, d'armes blanches. Ce qui fait vraiment peur en ce moment, c'est le vol du fusil d'assaut la semaine dernière, le HKG 36, il est en circulation dans leurs rangs, on ne sait pas ce qu'ils sont capables d'en faire. Seuls un ou deux chargeurs ont été retrouvés. Ce ne sont pas tous des casseurs, mais ils sont très nombreux. En meute, ils sont forts. Mais seuls, ils pleurent quand on les interpelle. C'est assez incroyable de voir comment ils se transforment...."

[...]

En savoir plus sur lepoint.fr


Sur le même thème lire aussi:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal