Peuple de France-Revue de presse: Un député LREM porte plainte après la découverte de tags anti-musulmans et anti-migrants sur sa permanence

lundi 31 décembre 2018

Un député LREM porte plainte après la découverte de tags anti-musulmans et anti-migrants sur sa permanence

Le député LREM Florent Boudié a porté plainte, lundi 31 décembre, pour "dégradation d’un bien d’utilité publique" et "provocation à la haine", après les tags inscrits sur sa permanence parlementaire à Libourne (Gironde), indique France Bleu Gironde.
Le député LREM Florent Boudié a porté plainte, lundi 31 décembre, pour "dégradation d’un bien d’utilité publique" et "provocation à la haine", après les tags inscrits sur sa permanence parlementaire à Libourne (Gironde), indique France Bleu Gironde

Ces tags, réalisés dans la nuit de dimanche à lundi, ont été inscrits sur la façade du bâtiment situé cours Tourny, dans le centre. Ce sont les gendarmes qui les ont découverts lundi matin.

Pour l’élu, Florent Boudié, la responsabilité incombe "vraisemblablement" à "la mouvance identitaire, anti-musulmans et anti-migrants, dans une circonscription où le Rassemblement national avait obtenu plus de 40% des voix au second tour de l’élection législative de juin 2017". Florent Boudié ajoute que pour lui, il s’agit de "militants désinhibés qui se vivent comme la pointe avancée, brutale et violente de l’extrême-droite nationaliste et xénophobe".

Capture d'écran. Photo : (MÉLANIE LAMOUROUX)
[...]

En savoir plus sur francetvinfo.fr


Sur le même thème lire aussi:





1 commentaire:

  1. Violence nationaliste et xénophobe?
    Voyons:
    Les islamistes ne respectent pas les kâfirs, c'est-à-dire les non-musulmans, même pas dans les pays, où les musulmans sont (encore) une minorité.
    Donc, qui est le xénophobe par défaut?
    Les musulmans veulent établir un califat mondial. Donc, ce sont eux les nationalistes. Ils ne peuvent pas concevoir un autre aboutissement.
    C'est la première fois depuis leur défaite à Vienne en 1683 que nous, leur ennemis, nous rendons compte de leur suprémacisme.
    Il faut lutter contre les traîtres, qui se trouvent même à l'Assemblée nationale (Ça va, Macron?).

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Articles à lire aussi