Peuple de France-Revue de presse: Bruxelles : 5.500 manifestants contre le pacte de Marrakech

lundi 17 décembre 2018

Bruxelles : 5.500 manifestants contre le pacte de Marrakech

5.500 personnes environ se sont rassemblées ce dimanche midi à Bruxelles pour la marche contre Marrakech, selon la police bruxelloise.
5.500 personnes environ se sont rassemblées ce dimanche midi à Bruxelles pour la marche contre Marrakech, selon la police bruxelloise. 

La contre-manifestation d’ONG et d’organisations de gauche n’a, elle, réuni qu’un millier de militants.

La manifestation a été maintenue par les organisateurs malgré l’interdiction.

La marche contre le pacte, organisée par plusieurs associations qui dénoncent le pacte de l’ONU sur les migrations, formellement approuvé lundi à Marrakech, avait dans un premier temps été interdite par le ministre-président bruxellois, et par le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (tous deux PS). Mais vendredi soir le Conseil d’État a suspendu l’interdiction des manifestations défavorables et favorables au pacte des Nations unies sur les migrations.

Prenant acte de la décision du Conseil d’État, les autorités bruxelloises avaient prévenu samedi dans un communiqué qu’elles ne toléreraient aucun débordement et que la police prendrait toutes les mesures nécessaires pour maintenir l’ordre sur le territoire. La marche devait – au lieu d’un cortège partant et revenant à la gare du Nord – se limiter à une manifestation statique sur le rond-point Schuman, au cœur du quartier européen.

Sur la page Facebook de l’événement, quelque 12.000 personnes ont annoncé leur intention d’y participer alors que 36.000 autres ont manifesté Nleur intérêt.

5.500 personnes ont participé au cortège selon un décompte officiel de la police. Le cortège a démarré gare centrale et est arrivé vers 13 heures au rond-point Schuman, sous les cris de slogans tels que « notre peuple d’abord ». Plusieurs brandissaient des fumigènes.

Les manifestants entendent protester contre le pacte de l’ONU sur les migrations à l’appel d’associations de droite.

« Je suis contre le pacte, c’est une imposture. On veut nous vendre un mensonge, nous sommes déjà envahis. Nous voulons garder notre contingent de prospérité pour nos enfants et nos petits-enfants », confie un manifestant francophone.

Dès 11 heures, les environs de la gare étaient déjà remplis de personnes opposées au pacte. Dans la foule, on pouvait apercevoir de nombreux drapeaux flamands et des slogans tels que « rats de gauche ».

Le groupe de manifestants s’est dirigé vers la place Schuman en passant par le Mont des Arts. Vers 13 heures, des représentants des organisations présentes y ont prononcé des discours au pied des institutions européennes.

D’autres participants continuent à arriver, a ajouté la police sur Twitter. La marche, partie de la gare centrale est arrivée en milieu de journée au rond-point Schuman, au cœur du quartier européenne de la capitale.

Lors de leur arrivée rond-point Schuman, les membres d’un mouvement nationaliste flamand ont scandé des slogans « Non au djihad dans notre pays », « on en a marre, fermez les frontières  » et « Michel démission », ce dernier étant adressé au Premier ministre Charles Michel qui a approuvé le pacte de l’ONU.

Débordements

La police a dû faire usage de gaz lacrymogènes et d’un canon à eau en début d’après-midi  pour disperser certains participants, après des actes de violences.

Des manifestants ont jeté des pierres et des barrières, après les discours des organisateurs qui s’étaient déroulés sans incident. Une vitre d’un bâtiment de la Commission européenne a également volé en éclats. La police a riposté en faisant usage de gaz lacrymogènes et d’un canon à eau.

Anne Schubert pour ripostelaique.com


Sur le même thème lire aussi:




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi