Peuple de France - Revue de presse française et internationale: Bolsonaro : à cause des migrants, “vivre en France est insupportable”

mercredi 19 décembre 2018

Bolsonaro : à cause des migrants, “vivre en France est insupportable”

Le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, a dit tout le mal qu’il pensait du pacte de Marrakech. Et a cité l’exemple de la France, en proie aux migrations, pour démontrer ses néfastes conséquences.
Jair Bolsonaro
Le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, a dit tout le mal qu’il pensait du pacte de Marrakech. Et a cité l’exemple de la France, en proie aux migrations, pour démontrer ses néfastes conséquences.

Le pacte de Marrakech sur les migrations, signé notamment par la France les 10 et 11 décembre derniers, secoue la classe politique. Après avoir poussé le Premier ministre belge, Charles Michel, à la démission, le document onusien a cette fois-ci suscité la vive réaction de Jair Bolsonaro, qui prendra ses fonctions du président du Brésil le 1er janvier prochain.

Comme le rapporte Le Point ce mercredi 19 décembre, l’ancien militaire a érigé la France en épouvantail face au risque migratoire, estimant qu’il était « insupportable de vivre dans certains endroits » de l’Hexagone en raison des migrants qui s’y trouvent. Il promet ainsi de faire sortir son pays du pacte une fois au pouvoir.

« Tout le monde sait ce qui se passe en France », a-t-il pointé du doigt, depuis la capitale du pays, Brasilia, dénonçant la présumée « intolérance » rampante des migrants vis-à-vis de la culture et de l’identité du pays d’accueil. « Ceux qui sont allés là-bas, le peuple français les a accueillis de la meilleure façon possible. Mais vous savez comment sont ces gens-là, ils ont quelque chose en eux, ils n'abandonnent pas leurs racines et veulent faire valoir leur culture, leurs droits acquis et leurs privilèges », a-t-il fustigé, sans préciser à quels migrants il faisait allusion.

[...]

En savoir plus sur valeursactuelles.com


Sur le même thème lire aussi:


1 commentaire:

duckunter a dit…

Le Président Bolsonaro a raison !

Articles à lire aussi