Revue de presse - Peuple de France: "vous dégagez sinon on vous défonce": Une équipe de BFMTV victime d'une tentative de lynchage

dimanche 25 novembre 2018

"vous dégagez sinon on vous défonce": Une équipe de BFMTV victime d'une tentative de lynchage

Depuis le début de la mobilisation des gilets jaunes, des journalistes ont été pris pour cible, parfois violemment. Des actes inacceptables, dont a été notamment victime l'une de nos équipes, à Toulouse.
Depuis le début de la mobilisation des gilets jaunes, des journalistes ont été pris pour cible, parfois violemment. Des actes inacceptables, dont a été notamment victime l'une de nos équipes, à Toulouse.


"Maintenant vous dégagez sinon on vous défonce". C'est en ces termes que notre équipe de correspondants a été menacée, ce samedi, place du Capitole à Toulouse, avant d'être agressée.

Alors qu'ils voulaient simplement faire leur travail, deux de nos collègues ont été pris à partie verbalement par plusieurs dizaines de manifestants portants des gilets jaunes, tandis que 1.000 personnes se trouvaient sur la place. Une séquence immortalisée par l'un des gilets jaunes toulousains, et mis en avant sur leur page Facebook.

A la suite de ces invectives, en l'espace de quelques minutes, la situation a dégénéré. Jean-Wilfrid Forquès, grand reporter pour notre chaîne et RMC âgé de 53 ans et travaillant depuis 31 ans, et Maxime Sounillac, JRI de l'agence de presse AIMV âgé de 37 ans et également expérimenté, ont été victimes d'une "tentative de lynchage", selon leurs propres termes. 

"J'ai vu foncer sur moi un tsunami de gilets jaunes", raconte Jean-Wilfrid Forquès, correspondant à Toulouse depuis 10 ans, contacté ce samedi soir. "Je suis identifié ici, quelle que soit la couleur de mon micro", précise-t-il. Les deux journalistes s'apprêtaient à faire un direct pour la chaîne quand le ton est monté autour d'eux sur la place, dans une "ambiance tendue". Identifiés comme travaillant pour BFMTV, pris à partie directement puis menacés par des manifestants porteurs de gilets jaunes, traités d'"agents du gouvernement", et de "bâtards", ils ont dû être rapidement évacués par deux agents déployés pour assurer leur sécurité, et alors que les CRS présents sur la place quelques minutes plus tôt étaient partis.

"Ces comportements sont intolérables", réagit ce samedi soir Céline Pigalle, directrice de la rédaction de BFMTV. "Nous les condamnons et désormais nous porterons plainte à chaque fois que ce type d'événements se produira. La direction de BFMTV apporte tout son soutien ce soir aux deux journalistes qui ont été pris à partie."

[...]

En savoir plus sur bfmtv.com


Sur le même thème lire aussi:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal