Revue de presse - Peuple de France: Procès d'un réfugié syrien à Montpellier : "Allah m'a dit d'égorger mon compagnon"

jeudi 15 novembre 2018

Procès d'un réfugié syrien à Montpellier : "Allah m'a dit d'égorger mon compagnon"

A la cour d'appel de Montpellier, les psychiatres estiment qu'Omar Y. H. a agi en pleine "bouffée délirante" lorsqu'il a voulu tuer, en mai 2017 à Perpignan, son concubin. Derrière ce diagnostic : les horreurs de la guerre en Syrie, de la prison et de la torture.
A la cour d'appel de Montpellier, les psychiatres estiment qu'Omar Y. H. a agi en pleine "bouffée délirante" lorsqu'il a voulu tuer, en mai 2017 à Perpignan, son concubin. Derrière ce diagnostic : les horreurs de la guerre en Syrie, de la prison et de la torture.

"Je suis le fils d'Allah. C'est Dieu qui m'a demandé d'égorger mon concubin, car il est mécontent de notre relation homosexuelle".
Le 7 mai 2017, lorsque les policiers l'arrêtent dans l'appartement ensanglanté où il vit à Perpignan, voici ce que leur explique Omar Y. H., un réfugié politique syrien de 24 ans qui vient de sérieusement blesser son compagnon.

Un an et demi plus tard, le jeune homme, regard perçant et l'air effrayé, a comparu ce jeudi devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Montpellier. Car au terme de son enquête, le juge d'instruction estime que son discernement était aboli au moment des faits, et qu'il est donc pénalement irresponsable.

[...]

En savoir plus sur midilibre.fr


Sur le même thème lire aussi:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal