Revue de presse - Peuple de France: Nouveau suicide dans la police nationale, à quand la fin ?

mercredi 14 novembre 2018

Nouveau suicide dans la police nationale, à quand la fin ?

Maggy Biskupski, présidente de l’association Mobilisation des Policiers en Colère, a été retrouvée morte lundi à son domicile.
Maggy Biskupski, présidente de l’association Mobilisation des Policiers en Colère, a été retrouvée morte lundi à son domicile.

Cela porte à 25 le nombre de policiers qui se sont donné la mort cette année. Il faut savoir que le taux de suicides chez les forces de l’ordre est trois fois plus élevé que dans la moyenne nationale. Avec 40 à 55 suicides chaque année, la France monte sobrement sur la 3ème place du podium en ce qui concerne le taux de suicides dans la Police en Occident (Source Institut de Veille Sanitaire).


Un malaise profond ignoré du gouvernement depuis des années.

Ce sont des hommes, des femmes, des mères, des pères, des policiers, des héros, prêts à mourir pour défendre leurs concitoyens. Vivant quotidiennement au cœur de la délinquance, victimes d’insultes, de violences, de menaces, pris pour cibles par les voyous et depuis ces dernières années par les terroristes islamistes, les policiers sont soumis à une forte pression psychologique et physique. Malgré ce constat, les moyens promis ne sont toujours pas là. Les criminels et délinquants bénéficient d’une justice laxiste et en profitent pour provoquer des policiers moralement usés.

Maggy Biskupski était policière, affectée à la Brigade Anti-Criminalité des Yvelines. Elle était la présidente de l’association Mobilisation des Policiers en Colère (MPC), constituée lors de la fronde policière qui avait suivi l’agression aux cocktails Molotov de deux policiers à Viry-Châtillon le 8 octobre 2016. Cette attaque avait révolté les forces de l’ordre et provoqué une mobilisation inédite parmi les policiers. Nombre d’entre eux avaient bravé leur devoir de réserve et défilé durant plusieurs semaines à Paris et ailleurs en France afin d’exprimer leur « malaise » face à la « haine anti-flics » et dénoncer leur manque de moyens.

Pour avoir brisé le silence au sein d’une administration qui aime « laver le linge sale en famille et garder ses problèmes masqués », Maggy était

visée, avec trois autres fonctionnaires, par une procédure de l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) pour « manquements » au devoir de réserve.

Maggy Biskupski s’est donc suicidée ce lundi. Peut-être a-t-elle tenté au travers de ce geste de lancer un dernier signal d’alarme à son administration. Espérons que ce drame ne reste pas sans conséquences.

Le Rassemblement National est le seul parti politique qui soutient sans cesse nos policiers et gendarmes. Il serait temps pour le gouvernement d’appliquer nos propositions en matière de sécurité afin de redonner à nos protecteurs la confiance, la reconnaissance et la légitimité qu’ils méritent.

Pour notre peuple, pour la France, soutenons nos forces de l’ordre.

Tribune libre de Sophie Grech


Sur le même thème lire aussi:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal