Revue de presse - Peuple de France: «Macron, démission !», «La police avec nous !» : au cœur du rassemblement des Gilets jaunes à Paris

dimanche 25 novembre 2018

«Macron, démission !», «La police avec nous !» : au cœur du rassemblement des Gilets jaunes à Paris

«Macron, démission !» : le cri de ralliement des Gilets jaunes a tonné ce 24 novembre sur la «plus belle avenue du monde», comme sur celle de Matignon, à deux pas de l'Elysée. Ailleurs aussi, la colère était palpable.
«Macron, démission !» : le cri de ralliement des Gilets jaunes a tonné ce 24 novembre sur la «plus belle avenue du monde», comme sur celle de Matignon, à deux pas de l'Elysée. Ailleurs aussi, la colère était palpable.

A l'approche de ses 62 ans, Jean-Claude est posté sur le Champ-de-Mars, gilet jaune sur le dos et drapeau tricolore en main.
Il explique être venu la veille de Melun, et avoir dormi «là» afin d'être en mesure de participer à «l'acte 2» du mouvement des Gilets jaunes, après avoir manqué le premier rendez-vous le 17 novembre. Pas besoin de déguisement pour l'occasion : comme certains de ses compères en jaune, Jean-Claude n'a eu qu'à enfiler sa tenue de travail, une symbolique forte pour un mouvement dénonçant, entre autres, la baisse de pouvoir d'achat des travailleurs pauvres.

«Aujourd'hui, la vie est trop chère, je m'apprête à toucher une retraite de 970 €, brut [...] c'est une honte !», constate-t-il avant d'expliquer sa vision de l'effort commun : «Il y a des choses à payer, mais il faut que tout le monde paye [...] Il y a des gens qui sont très riches, autant qu'ils participent aussi.» Et le maçon sexagénaire de souligner un objectif que son pays ne parvient plus, selon lui, à accomplir de manière équitable : «Le but en France, c'était ça : que tout le monde participe en fonction de ce qu'il gagne», rappelle-t-il, amer.



Les Gilets jaunes détestent Macron, pas la police

En milieu de matinée, des centaines, puis des milliers de Gilets jaunes ont réussi à converger sur la «plus belle avenue du monde», comme il est de coutume d'appeler les Champs-Elysées. La charge des forces de l'ordre n'a pas tardé, les policiers s'étant rapidement disposés de façon à empêcher la jonction des groupes, parfois en vain. 

Ainsi, durant plus d'une heure, la remontée des Champs-Elysées par les Gilets jaunes aura été marquée par une tension palpable avec les forces de l'ordre, donnant lieu à des affrontements qui s'imposeront d'ailleurs comme un fait marquant de la mobilisation. 

Et pourtant, s'il est une attitude qui a démarqué cette marée jaune des récentes contestations sociales, c'est bien la tentative de fraternisation d'une partie des Gilets jaunes avec les forces de l'ordre. De fait, tout au long de la journée, de nombreux Gilets jaunes ont scandé le slogan «La police, avec nous !», abandonnant ainsi le devenu célèbre «Tout le monde déteste la police !», véritable cri de ralliement de la mouvance «antifa», particulièrement visible lors des manifestations contre la loi travail, ou plus récemment lors des rassemblements contre la réforme de la SNCF.

De même, s'ils ont une dent contre l'exécutif français, nombre de Gilets jaunes ayant déferlé sur Paris ce 24 novembre ont souhaité réaffirmer avec force leur attachement à la France : la Marseillaise a été entonnée plusieurs fois dans la journée et des drapeaux tricolores ont été aperçus dans la foule.

Macron démission !

Outre leur tentative de convaincre (en vain) les policiers de se joindre à eux, les Gilets jaunes avaient aussi et surtout un message à clamer plus haut et plus fort que les autres : «Macron, démission !», ont-ils scandé en remontant l'avenue. Un message également martelé, sur la route du palais présidentiel, par les plus téméraires, bien déterminés à le porter à l'oreille du principal intéressé. Un mouvement de foule qu'a ainsi commenté l'ancien sénateur de Paris Yves Pozzo di Borgo : «On a vraiment l’impression que Macron s’est enfermé dans son bunker antiatomique physiquement et intellectuellement.»

[...]

En savoir plus sur francais.rt.com


Sur le même thème lire aussi:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal