Revue de presse - Peuple de France: Gilets jaunes : le seul combat impératif, réduire la dépense publique !

samedi 17 novembre 2018

Gilets jaunes : le seul combat impératif, réduire la dépense publique !

« Ras-le-bol fiscal », « Les gilets jaunes carburent au ras-le-bol fiscal », etc. Ils font la une de tous les médias. Les fameux gilets jaunes, qui regroupent ceux qui ne supportent plus les augmentations du prix des carburants – principalement dues aux taxes –, veulent en finir avec le trop plein d’impôts.
« Ras-le-bol fiscal », « Les gilets jaunes carburent au ras-le-bol fiscal », etc. Ils font la une de tous les médias. Les fameux gilets jaunes, qui regroupent ceux qui ne supportent plus les augmentations du prix des carburants – principalement dues aux taxes –, veulent en finir avec le trop plein d’impôts. 

Un combat justifié mais qui doit clairement mettre en cause la dépenses publique, cause du matraquage fiscal des automobilistes et motards français.


Le ras-le-bol fiscal pourra difficilement se réduire car personne ne semble croire en la fable de la fiscalité verte (à savoir taxer pour lutter contre la pollution…).

Dans son édition du 7 novembre 2018, Le Canard enchaîné explique que la hausse des taxes perçues sur les carburants sert très peu cette fiscalité verte.

Contribuables Associés avait en 2013 (avec un Rendez-Vous Parlementaire présidé par Marc Le Fur) et 2014 (un numéro des Enquêtes du contribuable) déjà alerté sur cette fiscalité verte qui n’est qu’un prétexte pour augmenter taxes et impôts !

Ras-le-bol fiscal aussi contre un gouvernement dont certains ministres augmentent fortement la rémunération de leur cabinet (notamment Benjamin Griveaux et Marlène Schiappa).

Pour autant, si effectivement l’automobiliste est une vache à lait pour l’État – 25% du budget des conducteurs de véhicule partent dans les taxes –, on ne résout pas ce problème avec des chèques-carburants (encore une usine à gaz administrative) qui sont toujours payés in fine par les contribuables. C’est la même personne qui va à la fois passer à la pompe et recevoir le chèque énergie (enfin, pour ceux qui vont le recevoir…).

Mais on résout ce problème en réduisant drastiquement la dépense publique !

En effet, tant que l’État ou les collectivités locales ne réduiront pas leur train de vie, les impôts et les taxes ne baisseront pas mais continueront d’augmenter.

Et pour la baisse de la dépense publique, le gouvernement ne prend pas le bon chemin. Comme nous l’avons expliqué, à mi-mandat d’Emmanuel Macron (fin 2019), la dépense publique aura augmenté de 51 milliards contre 37,1 milliards sous François Hollande.

C’est donc la raison pour laquelle taxes et impôts – à commencer par ceux sur les carburants – vont encore croître et que si les gilets jaunes veulent être réellement efficaces et pertinents ils doivent réclamer la réduction de la dépense publique.



Sur le même thème lire aussi:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal