Revue de presse - Peuple de France: “Gilets jaunes” : l'opposition dénonce le “mépris” de l'exécutif

samedi 24 novembre 2018

“Gilets jaunes” : l'opposition dénonce le “mépris” de l'exécutif

Selon le ministère de l'Intérieur, 23 000 personnes manifestaient en France, ce samedi 24 novembre au matin, dont 8 000 à Paris.
Selon le ministère de l'Intérieur, 23 000 personnes manifestaient en France, ce samedi 24 novembre au matin, dont 8 000 à Paris.

D'après les informations communiquées par la préfecture de police de Paris, 18 personnes ont été interpellées dans la capitale, essentiellement sur les Champs-Élysées.


Le député LR Guillaume Peltier, sur Twitter, s’en est pris à Emmanuel Macron et Christophe Castaner : « C’est tellement facile de stigmatiser les gilets jaunes, de minimiser leur colère et de réduire ce mouvement à certains agissements inadmissibles. Ça vous arrange de caricaturer, ça ne vous dispense pas de nous écouter. Au travail, messieurs », a-t-il écrit.

La porte-parole des Républicains, Lydia Guirous, évoque elle aussi le « mépris » et le « cynisme » des autorités qui veulent « amalgamer la détresse, les revendications légitimes des Français qui ne s’en sortent plus et les excès de militants violents. »

Même de son de cloche du côté de Nicolas Dupont-Aignan, sur le réseau social : « Bien sûr que je condamne les casseurs. Mais la mise en scène du gouvernement est insupportable. Je supplie les gilets jaunes de ne pas tomber dans le piège de M.Castaner. » Et d'ajouter, dans un second message : « J'en ai assez de cette manipulation scandaleuse. Les gilets jaunes sont des gens honnêtes qui paient des impôts. Ce ne sont pas des voyous ! Le gouvernement cherche à décrédibiliser le mouvement à cause de quelques casseurs. »

Jean-Luc Mélenchon accuse Castaner de « mettre en scène les violences »


Sur BFM TV, Jean-Luc Mélenchon a de son côté estimé que Christophe Castaner « met en scène les violences » observées sur les Champs-Elysées. « Il y a toutes sortes de gens, de tous les points de vue possibles », a analysé le leader insoumis. Et d'ajouter : « Mais c'est surtout de tous les mouvements sociaux que les gens de ce mouvement viennent. Donc personne ne peut et ne doit se l'approprier. Monsieur Castaner, c'est son jeu : il faut qu'il fasse peur, il emploie des grands mots, il parle de ‘séditieux’, comme si des gens avaient l'impression de, je ne sais pas quoi faire, prendre le pouvoir par la force. Et puis, il met beaucoup en scène les violences. Il dit, dès ce matin, que la mobilisation faiblit alors que les échos que j'ai au quartier général de La France insoumise, c'est que dans tout le pays, des ronds-points, des carrefours sont occupés par des ‘gilets jaunes’ dans la plus grande tranquillité. C'est ce que je veux dire aujourd'hui : il faut que ce mouvement trouve sa force. Et je dis à mes amis : 'donnez le coup de main, ne vous l'appropriez pas. Et surtout, pesez dans le sens de la tranquillité’. Parce que c'est ce que veulent les gens. Et surtout, il faut qu'ils aient une réponse à leur demande. Ils ne sont pas là pour prendre l'air ! »


[...]

En savoir plus sur valeursactuelles.com


Sur le même thème lire aussi:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal