Revue de presse - Peuple de France: Du mépris à la haine du peuple !

dimanche 18 novembre 2018

Du mépris à la haine du peuple !

Du mépris à la haine du peuple ! Face aux gilets jaunes la seule réponse d'une pseudo élite autoproclamée qui hait le peuple = le mépris et la caricature.
Crédit photo : @Eric Ciotti
Du mépris à la haine du peuple ! Face aux gilets jaunes la seule réponse d'une pseudo élite autoproclamée qui hait le peuple = le mépris et la caricature.

Hier un mouvement sans précédent a déferlé dans toute la France, plus de 2000 manifestations citoyennes et spontanées se sont tenues pacifiquement pour exprimer une colère légitime face à un matraquage fiscal devenu insoutenable pour des millions de Français.


Ce mouvement est un cri de détresse populaire, celui d’une France qui ne parvient plus à boucler ses fins de mois à cause d’une pression fiscale devenue insoutenable avec la hausse des taxes sur les carburants.

Ce message ne peut laisser aucun responsable politique insensible, j’ai rencontré depuis des semaines des Azuréens et des Niçois qui voyaient leur pouvoir d’achat fondre sous le coup de mesures fiscales d’un gouvernement technocratique coupé des réalités : infirmiers, taxis, commerçants, familles et retraités cette hausse n’épargne personne et fait déborder la colère d’une France jusqu’ici silencieuse.

Face à ce mouvement inédit et cette colère populaire le gouvernement se fourvoie dans la caricature et l’invective. Si les Français refusent ces taxes c’est qu’ils sont réfractaires au changement, comme les Gaulois décriés à l’étranger par le Président, c’est qu’ils sont pétris d’égoïsme face au changement climatique. Le gouvernement comme une pseudo élite auto proclamée jette l’opprobre sur cette révolte populaire, les manifestants ne seraient que des extrémistes, tel intellectuel dénonce un « poujadisme », tel journaliste d’un grand quotidien de gauche des « beaufs haineux d’extrême droite », la palme revenant au porte-parole du gouvernement et successeur parisien annoncé d’Anne Hidalgo dénonçant « cette France qui roule au diesel ».

Ces propos d’un mépris inouï face à un mouvement de détresse sociale ne peuvent que creuser un peu plus le fossé qui sépare la France des territoires d’une certaine élite qui vit depuis trop longtemps en vase clos. Lorsque le peuple vote différemment de leurs injonctions il ne peut qu’être extrémiste, s’il manifeste pour une cause qu’ils ne comprennent pas il ne peut qu’être ignare et analphabète.

En vérité s’ils ne comprennent plus le peuple c’est qu’ils se sont mis à le haïr. Ce qui est bien plus grave pour notre démocratie qu’un simple malentendu.



Sur le même thème lire aussi:





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal