Revue de presse - Peuple de France: Gilets jaunes: Macron « nous demande de nous serrer la ceinture. Mais lui, il se paye de la vaisselle à 500 000 euros »

lundi 19 novembre 2018

Gilets jaunes: Macron « nous demande de nous serrer la ceinture. Mais lui, il se paye de la vaisselle à 500 000 euros »

À Valenciennes, les blocages ont dégénéré, malgré les consignes des organisateurs. Outre le prix de l'essence, les Gilets jaunes s'en prennent au président.
À Valenciennes, les blocages ont dégénéré, malgré les consignes des organisateurs. Outre le prix de l'essence, les Gilets jaunes s'en prennent au président.

La hausse du prix du carburant, c'est un peu la goutte d'essence qui fait déborder le réservoir. Outre le ras-le-bol fiscal et la baisse du pouvoir d'achat, les Gilets jaunes se mobilisent surtout contre un homme devenu le symbole des injustices sociales qu'ils estiment subir depuis une décennie : Emmanuel Macron.


« De toute façon, même si Macron double la prime à la reconversion, on n'a pas les moyens de s'acheter des voitures neuves », déplore Léa, étudiante de 25 ans, qui habite à Lourches, une ancienne commune minière d'environ 4 000 habitants.

« Macron démission » est un slogan que l'on retrouve sur les pancartes accrochées aux grilles de l'entrepôt, marqué au feutre noir sur les gilets jaunes des manifestants, hurlé dans les hygiaphones des meneurs.

« Il nous demande de nous serrer la ceinture. Mais lui, il se paye de la vaisselle à 500 000 euros, une piscine à 28 000 euros, et le salaire de la première dame augmente », peste Monique, femme au foyer. « Un journaliste a demandé à François Hollande si Macron était le président des riches. Il a répondu : Non, c'est le président des très riches  », embraye-t-elle. Tous jurent que le mouvement est apolitique. Mais ici, ils sont très peu à avoir voté Macron. Et ceux qui l'ont fait le regrettent amèrement.

Malgré les violences et les nombreux blessés dans toute la France, plusieurs manifestants jurent qu'ils reviendront munis de leur gilet tant qu'on n'accédera pas à leurs revendications. Mais quelles sont-elles, concrètement ? « Qu'ils arrêtent de nous prendre de haut », répond Sabine, assistante maternelle.

[...]

En savoir plus sur lepoint.fr


Sur le même thème lire aussi:





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal