Revue de presse - Peuple de France: Violences scolaires: « On m'a traitée de raciste et de sale pute »

jeudi 25 octobre 2018

Violences scolaires: « On m'a traitée de raciste et de sale pute »

Enseignants, surveillants, chefs d'établissement, tous ont connu la violence et l'inertie de leur hiérarchie. Aujourd'hui, Julia se souvient de ses débuts.
Enseignants, surveillants, chefs d'établissement, tous ont connu la violence et l'inertie de leur hiérarchie. Aujourd'hui, Julia se souvient de ses débuts.

Depuis la diffusion de la vidéo d'un élève braquant sa professeure avec un pistolet factice à Créteil, la parole se libère chez les enseignants. Le #PasDeVague regroupe maintenant des dizaines de milliers de messages de professeurs qui osent parler de ce sujet jusqu'ici tabou : la violence exercée par une minorité d'élèves envers le corps enseignant.
Julia*, 26 ans, professeure de maths dans le Cher

« C'était ma deuxième année, j'en garde un souvenir horrible. Je naviguais entre deux établissements : dans le premier, tout se passait bien ; dans le deuxième, ça s'est très mal passé dès le début. J'avais 23 ans, je débarquais. Et puis je fais plus jeune que mon âge, donc j'avais du mal à m'imposer. Les élèves de cette classe de quatrième, que je n'avais qu'une heure par semaine, ont essayé de me bizuter, je pense. Dès le premier cours, les trois quarts ne m'écoutaient pas, et puis ça a viré au délire total : certains s'asseyaient sur les tables, hurlaient, ils faisaient tous du bruit, trop de bruit. Il y en a un qui m'a défiée en me disant que jamais ça n'avait été un bazar pareil. J'avais beau essayer de faire cours et d'élever la voix, personne ne me prenait au sérieux. À la fin, j'ai pris les carnets de correspondance des meneurs, certains se sont rebellés. Je n'ai pas cédé, j'ai mis des mots. L'un d'eux m'a traitée de raciste parce que j'avais pris le carnet d'un élève issu de l'immigration. Un autre m'a lancé : Sale pute ! en claquant la porte. Je suis restée clouée sur place, puis j'ai craqué. Je me suis effondrée en larmes....

*Prénom modifié.

[...]

En savoir plus sur lepoint.fr


Sur le même thème lire aussi:




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal